DanseCréation

Ad libitum

vendredi 10 octobre à 21:00samedi 11 octobre à 21:00dimanche 12 octobre à 17:00

Ajouter l'événement à mon agenda

Réserver
Salle Jean Vilar
1h 15

Voici l’un des artistes les plus saisissants, les plus remarquables du flamenco actuel. Fils et petit-fils d’artistes sévillans, cet autodidacte inspiré est tombé dans la marmite dès son plus jeune âge. Mais il s’est emparé de la tradition pour créer sa propre esthétique, d’une absolue contemporanéité.

Andrés Marín ne danse pas le flamenco, il le vit. Le corps tranchant comme une lame, le regard habité, il brûle d’une passion dévorante et communicative. Et il prend toujours tous les risques, parce que « la danse doit rester vivante sous peine d’anesthésie ». Il a travaillé avec Bartabas ou Kader Attou et se nourrit de ces rencontres qui le font avancer.
Créé pour Suresnes, ce spectacle ouvre un nouveau chemin, essentiel, intime, viscéral. Un peu plus d’une heure de totale liberté où, accompagné de la voix de Segundo Falcon et de la guitare de Salvador Gutierrez, il se met à nu, danse, chante et laisse parler son corps « à volonté ». Une flamboyance de pas et de sons, dont la vigueur n’exclut pas la poésie.

Chorégraphie, mise en scène et danse Andrés Marín

Chant Segundo Falcon
Guitare
Salvador Gutierrez

Production Artemovimiento Andrés Marín
Avec le soutien du Théâtre de Suresnes Jean Vilar.

  • Ad libitumAndres Marin au Théâtre de Suresnes Jean Vilar
  • Ad libitum© Joss Rodriguez
  • Ad libitum© Joss Rodriguez

Chorégraphie, mise en scène et danse Andrés Marín

Chant Segundo Falcon
Guitare Salvador Gutierrez

 

Andrés Marín est l’un des artistes les plus significatifs du flamenco actuel. Ses créations sont centrées sur la tradition flamenca, et plus particulièrement sur le chant. Fils d’artistes, il naît à Séville en 1969 et commence à danser en autodidacte alors qu’il est encore enfant. Il commence à danser professionnellement en 1992 et en 2002, il fonde sa propre compagnie. Más allá del tiempo, le premier spectacle de la Compagnie, est présenté à la Maison de la Danse de Lyon. Plus de soixante représentations suivront, notamment durant la Biennale de Flamenco de Séville, au Théâtre de la Ville de Paris, au Festival de Jerez, à l’Opéra de Lille, et à l'occasion du New World Flamenco Festival de Los Angeles. Andrés Marín participe au projet Mira! de Toulouse et à l’émission Dance Celebration! pour la chaîne Arte à la Maison de la Danse, avec les chorégraphes Montalvo, Jiri Kylian et Bill T. Jones. Il donne des cours de danse pour le Ballet National d´Espagne et la Compañía Andaluza de Danza.
En 2004, il présente Asimetrías lors de la XIIIe Biennale de Flamenco de Séville et est salué par la critique. Il est à nouveau accueilli par les plus prestigieux théâtres européens comme le Sadler’s Wells de Londres, le Théâtre de la Ville de Paris, la Maison de la Danse de Lyon, et l’Opéra National de Latvia. Également au festival de Jerez et dans les festivals de flamenco de Barcelone, Helsinki, Monterrey, Düsseldorf et Hambourg. Il collabore avec l’artiste Pilar Albarracín pour le tournage de Bailar sobre tu tumba (Danser sur ta tombe) présentée aux Reales Atarazanas de Séville.
En 2006 il présente El Alba del último dia à la XIVe Biennale de Flamenco de Séville comme l’une des meilleures propositions de la Biennale et Andrés est déclaré Meilleur Danseur par le Diario de Sevilla. Pendant l’été de la même année, il interprète le personnage de Federico Garcia Lorca dans le spectacle Poeta en Nueva York, œuvre produite par le Centro Andaluz de Danza sous la direction de Blanca Li. Suite à cette prestation, il a été nominé aux prix Wax pour la Meilleure Interprétation Masculine -Danse (équivalent en Espagne des Molière français).
En 2008, la compagnie présente le spectacle El alba dul ultimo dia en Hollande et en France. Cette même année, il présente El cielo de tu boca en collaboration avec le musicien expérimental Llorenç Barber, dont la première a lieu lors de la Biennale de flamenco de Séville. Il inaugure la IIe Biennale de Flamenco des Pays-Bas, le Festival ¡Mira !, et se produit sur les scènes andalouses de Grenade, Málaga et Cadix.
En 2010 et 2011, il parcourt la France avec Vanguardia Jonda. En 2010 le public et la critique s'émerveillent du nouveau spectacle La pasión según se mire dans lequel il s'entoure des voix incomparables de Lole Montoya et José de la Tomasa et de la danse de Concha Vargas. Le succès se confirme lors de la tournée européenne en 2010-2011, à Séville, Nîmes, Créteil, Amiens, Amsterdam et reçoit le Prix du moment magique de la Biennale de Flamenco de Séville avec Concha Vargas.
En 2011, Il se produit à la salle Pleyel avec El Cielo de tu boca très épuré et la présence de Carmen Linares qu’il présente également à la Biennale de la Danse de Cannes. En décembre, il présente Somos sonos en France, un mano a mano sonore et poétique avec Llorenç Barber. Il présente sa toute dernière création Tuétano au Festival de Montpellier Danse en juin 2012 et à la Biennale de Flamenco de Séville en septembre 2012, puis en France en janvier 2013. En 2013 Andrés Marín multiplie les collaborations, le festival de musique sacré de Fès lui confie la soirée d’inauguration ; il présente à la Biennale d’art flamenco de Chaillot un duo avec Kader Attou et en duo avec Bartabas, ils créent Golgota, un opus “où il n’y a nulle surenchère esthétique, juste la simplicité de deux êtres au sommet de leur art, et transfigurés l’espace d’un instant.