Suresnes cités danseCréation

Trio Amala-Junior-Sly

samedi 30 janvier à 18:30dimanche 31 janvier à 15:00mardi 2 février à 21:00samedi 6 février à 18:30dimanche 7 février à 15:00dimanche 7 février à 21:00lundi 8 février à 21:00

Ajouter l'événement à mon agenda

Réserver
Salle Aéroplane
1h

Un plateau de haute vitalité, très grand style aussi, avec trois hip hopeurs de premier plan. Et qui tient la maison ? La comédienne, metteure en scène et auteure Mathilda May.

Pour la première expérience hip hop de cette artiste passée par le Conservatoire national de danse et de musique de Paris, celle qui se déclare passionnée par le talent en a trois sous la main et non des moindres.
Côté danse : Amala Dianor et Bboy Junior, superbes danseurs dont la virtuosité s’élargit à tous les styles en profitant de leur singularité. L’un danse debout, l’autre au sol : les deux font une paire contrastée explosive. Côté musique : le beatboxeur Sly Johnson, ex-membre vocal du collectif Saian Supa Crew, accompagne live de son looper et de sa voix, ses deux complices. Conçu comme une aventure collective, en tablant sur la complémentarité et l’excellence des membres de l’équipe, ce trio devrait décoller sec avec Mathilda May aux manettes.

Mise en scène Mathilda May

Avec Amala Dianor BBoy Junior danseurs
Sly Johnson beatboxeur

Commande et production Théâtre de Suresnes Jean Vilar / Suresnes cités danse 2016.
Avec le soutien de Cités danse connexions.

  • Trio Amala-Junior-Sly
  • Trio Amala-Junior-Sly© Dan Aucante
  • Trio Amala-Junior-Sly© Dan Aucante
  • Trio Amala-Junior-Sly© Dan Aucante
  • Trio Amala-Junior-Sly© Dan Aucante
  • Mathilda May© Marthe Lemelle
  • Sly Johnson© Les Nanas de Paname

Mise en scène Mathilda May

Danseurs Amala Dianor, BBoy Junior
Beat Boxeur Sly Johnson

Lumière Laurent Béal
Décor  Daniel Devan

Trois hommes, trois corps, trois talents... et moi !
Les vraies rencontres se nourrissent de complémentarité. Deux danseurs hip hop d’exception, deux individus singuliers, Junior et Amala forment déjà à eux deux un équilibre étonnant, basé sur leurs différences. Junior évolue au sol, en ayant développé une puissance hors du commun. Amala est un danseur « debout » , qui allie fluidité et élégance. Sly Johnson (issu du « Saian supa crew » ) est un chanteur, « beat boxer » de référence dans le hip hop français dont la renommée dépasse nos frontières. A partir du talent particulier de chacun, nous avons imaginé une rencontre inspirante qui de façon évidente, va nous permettre de créer en toute liberté un mélange artistique et humain passionnant. Un voyage, alliant les différents parcours. Sly Johnson sera la bande son en live de ce programme. Grace à son « looper », une machine qui permet de créer des boucles musicales et de s’enregistrer par dessus à l’infini, il transformera tour à tour sa voix en différents instruments, sons, « body percussions », ou voix qui se multiplient. Les corps évolueront dans un échange entre la musique qui aura pour particularité de provenir physiquement d’une seule personne, et la danse comme un reflet des multiples capacités d’expressions du corps humain, illustrant l’homme qui bataille, s’élève, transcende et vibre au rythme de son évolution, pour devenir l’outil de sa propre création. Sly, Amala, Junior et moi-même avons en commun une variété d’expériences où la maturité acquise peut désormais s’allier au désir de liberté, nous insufflant l’énergie d’unir nos forces pour offrir un hommage au dépassement de soi, à l’humain et à ses multiples possibles.
Vive les mélanges !
Mathilda May

Mathilda May

Fille du dramaturge Victor Haïm et de la danseuse Margareta Hanson, Mathilda May, aux habitudes qui sclérosent, préfère les rencontres qui la bousculent et fouettent le sang. En atteste un parcours qui ne cesse de brouiller les pistes. Après des études de danse au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, lestée d'un premier prix de danse classique, elle quitte un chemin tout tracé et passe du cinéma au théâtre, de la télévision à la chanson. Au cinéma, elle tourne avec des réalisateurs aussi différents que Claude Zidi, Georges Lautner, Jacques Demy, Werner Herzog, Michel Deville ou encore Claude Chabrol. Au théâtre, on a pu la remarquer dans Le Retour de Pinter mis en scène par Bernard Murat, mais surtout dans Plus si affinités, spectacle qu'elle initie, écrit et joue en tandem avec Pascal Légitimus et avec le même succès pendant trois ans. En 2013 et 2014 elle écrit et met en scène Open Space au Théâtre de Suresnes, renouant avec son passé de danseuse. La pièce, présentée au Théâtre du Rond-Point (2014) et au Théâtre de Paris (2015), assure actuellement une belle tournée.

Bboy Junior

Junior Bosila Banya, dit BBoy Junior, est un danseur et chorégraphe de renom. Il débute le break-dance à l’âge de 16 ans. En 2000 il intègre le collectif WANTED POSSE, collectif avec lequel il remporta les championnats du monde l’année suivante. Toujours avec ce même collectif il co-chorégraphie et interpréte plusieurs créations tel que Bad Moves (2002), Trance (2006) ou encore Konnexion (2010). Par la suite il participe à divers plateaux de télévision et multiplie les apparitions sur France 2, France 4, Trace Tv ou Canal +. Jamel Debbouze, Alain Chabat ou encore Madonna font appel à lui. En 2007, il remporte l’émission « La France à un Incroyable Talent » sur M6, ce qui lui permet de comfirmer sa notoriété auprés du grand public. C’est en 2008, après son retour d’un voyage au Congo, sa terre natale, qu’il se lance dans la création de son premier spectacle solo « BUANATTITUDE ». Toutes ces créations le mèneront aux quatre coins du globe. Même si son art est souvent qualifié de « hors normes » , Junior a su conquérir le public et marquer les esprits. Sur internet, il est devenu le break-dancer le plus visionné au monde avec des vidéos comptabilisant plusieurs millions de vues. Junior est en réalité bien plus qu’un danseur, il a fait évoluer sa discipline.

Amala Dianor

Danseur hip hop, Amala Dianor suit en 2000 une formation au CNDC. Il travaille par la suite comme interprète pour des chorégraphes aux univers très différents (hip hop, néo-classique et contemporain), Il obtient rapidement une reconnaissance indéniable dans le monde de la danse. Au cours de ces années, Amala construit son écriture : il passe dune technique à une autre avec virtuosité, mais c’est la rencontre de ces mondes qui l’attire. Au sein du Collectif C dans C il chorégraphie (ou co-chorégraphie) et interprète ses premières pièces : Tranche de Vie (2005), Lun@Rêves (2006), Engin Ar (2008), Rareté (2008) et Crossroads (2012) qui gagnera deux prix au concours R(e)connaisance. En 2012 il crée sa propre compagnie, la compagnie Amala Dianor au sein de laquelle il développe son travail de chorégraphe. L’année suivante il créé Parallèlle un quatuor féminin au Centre National de la Danse. En 2014 il chorégraphie avec BBoy Junior le duo Extension, une rencontre surprenante entre ces deux personnalités du hip hop français. Cette même année il crée et interprète son premier solo, Man Rec, présenté au festival d’Avignon.

 

Sly Johnson

Il prenait la parole sous le pseudonyme de The Mic Bouddha. Quoi de plus normal quand on sait qu’il a grandi à l’écoute des Fat Boys, pionniers new-yorkais du beatboxing, un art et des manières où il va exceller à l’excès au sein du collectif Saïan Supa Crew. Avec sa voix, il tonne et étonne, il détonne et cartonne, au risque de passer à côté de l’essentiel. «J’avais le sentiment d’être le clown de service : et voilà le human beat-box!» Il est l’heure de mettre un grain de soul, un supplément d’âme, dans ses exercices de haute voltige vocale. Une autre vie commence en 2007, avec la fin du Saïan Supa Crew. Il se cherche depuis quelques années et on le retrouve aux côtés de Camille, Oxmo Puccino, Rokia Traoré ou encore Erik Truffaz avec qui il va enregistrer un duo. Aux Victoires du Jazz, il partage la scène avec Dee Dee Bridgewater, pour un hommage à James Brown. La chanteuse s’exclame : « Ce type a le son des gars de Memphis! » Dans cette quête d’identité artistique, Jean-Philippe Mano, un disquaire hip hop, va le guider : il lui fait goûter aux versions d’origine, les classiques du funk et de la soul, la matière première. Cet univers, c’est son enfance, peuplée de LP, ceux de son père congolais qui l’a élevé seul à Montrouge. De la salsa, de la rumba, du jazz, de la soul … naturelle et absolue. Le sentiment de résemption flotte dans la chanson qui donne son titre à ce premier opus, 26/06/74, un slam qui prend des accents de soul, des éclats d’âme qui rappellent M’Bume le classique gospel sud-africain. Ce thème dont il ressort apaisé donne le ton et le diapason de cet album : chacun des morceaux retrace un parcours de vie, une destinée marquée par le doute de soi et l’amour des autres, malgré lui, malgré tous. Le Français a composé le répertoire de son album à partir de sa voix, sublimée par le producteur Jay Newland (Norah Jones, Ayo) qui a réuni autour de Sly Johnson une équipe branchée « Great Black Music ».