Théâtre

Anna Karénine

Les bals où on s'amuse n'existent plus pour moi

jeudi 10 novembre à 21:00mardi 15 novembre à 21:00

Ajouter l'événement à mon agenda

Réserver
Salle Jean Vilar
2h15
Dès 15 ans

Mariée à un haut fonctionnaire, Anna Karénine a un fils adorable et jouit d’un statut social enviable. Jusqu’au jour où, sur un quai de gare, elle croise Alexis Vronski.

Un regard leur suffit pour se vouer un amour éperdu. Après avoir tenté d’étouffer sa passion, avoué son infidélité à son mari, lequel se borne à vouloir sauver les apparences, elle s’abandonne ouvertement à une liaison qui l’exclut de la bonne société. Anna l’insoumise s’en moque. Mais, dévastée par le doute, dépassée par son destin, Anna la pure finira par se jeter sous un train. Le metteur en scène Gaëtan Vassart traite le chef-d’oeuvre de Tolstoï comme une tragédie antique. Il a souhaité centrer cette première adaptation théâtrale française sur la passion, mais aussi sur la modernité de la pensée du « père fondateur de la littérature russe », dont plusieurs personnages se font l’écho. Sa vision de l’émancipation des femmes, son plaidoyer en faveur de « l’éducation des masses comme levier de progrès », ajoutent à la puissance de cette oeuvre. Dans le rôle-titre, l’actrice iranienne Golshifteh Farahani, condamnée à l’exil, pour avoir posé bras et tête nus lors d’un festival, est bouleversante.

D'après Léon Tolstoï
Adaptation et mise en scène Gaëtan Vassart

Production Compagnie La Ronde de Nuit. Coproduction Théâtre Montansier/Versailles. Avec l’aide à la production dramatique de la DRAC Île-de-France – ministère de la Culture et de la Communication et la participation artistique du Jeune Théâtre national. Avec le soutien de l’Adami, de la Spedidam, de la Mairie de Paris, du Théâtre national de Nice, d’Équinoxe – scène nationale/Châteauroux, de la scène nationale d’Albi, de La Ferme du Buisson – scène nationale/Marne-la-Vallée, du Théâtre de Suresnes Jean Vilar. Coréalisation Théâtre de La Tempête. Remerciements à la Comédie-Française, au T2G-CDN/Gennevilliers, au Théâtre de La Colline pour la construction du décor.

Rejoignez l'événement sur Facebook
  • Anna Karénine© Diego Governatori
  • Anna Karénine - L. Tolstoï / G. Vassart
  • Anna Karénine© Diego Governatori
  • Anna Karénine© Diego Governatori
  • Anna Karénine© Diego Governatori

Adaptation et mise en scène Gaëtan Vassart

Avec Golshifteh FarahaniEmeline Bayart, Xavier Boiffier, Sabrina Kouroughli, Xavier Legrand, Manon Rousselle, Igor Skreblin, Stanislas Stanic, Alexandre Steiger

Dramaturgie et collaboration artistique Laure Roidan
Scénographie Mathieu Lorry-Dupuy 
Costumes Stéphanie Coudert
Lumières Olivier Oudiou
Son David Geffard
Vidéo Diego Govematori et Gaëtan Vassart
Chorégraphie Cécile Bon

 

Notre adaptation est centrée sur la question de l’émancipation des femmes telle qu’elle se dégage du destin conjugal d’Anna Karénine, Kitty Chtcherbatski et Daria Alexandrovna: chacune incarne une problématique propre à l’âge du couple. Anna Karénine fait le choix de vivre sa passion, libre et déterminée. Elle ne peut plus voir son enfant et est bannie de la haute aristocratie. Tolstoï écrit : « Anna Karénine ressemble à la lueur d’un incendie au milieu d’une nuit sombre ». C’est un roman sur la survie. Non pas la survie d’un individu ou d’une famille, mais celle de toute une société, ou même du monde. Ce monde de la fin du XIXème qui connaît l’essor industriel et la naissance du capitalisme, mais aussi les mouvements contestataires et nihilistes qui posent en germes la question de la méritocratie, notion si sensible pour ma génération. Léon Tolstoï glorifie le monde de la campagne, en lecteur assidu de Rousseau, et promeut l’éducation des masses comme levier de progrès pour lutter contre l’ignorance. Si nous pousserons le plus loin possible les scènes de « passion amoureuse », de manière à faire jaillir la vitalité et la pulsation de l’oeuvre romanesque, nous n’oublierons pas l’espérance progressiste du père fondateur de la littérature russe. Dans notre période si troublée, où des populations entières versent dans l’obscurantisme, la peur et la paranoïa, nous continuons à penser, comme le personnage de Lévine, que la raison, l’éducation, les sciences, le savoir, l’histoire, peuvent légitimement supplanter la seule émotion, les croyances, les préjugés, les superstitions, le fatalisme, la loi du talion. Et fonder un projet de libération humaine.

Gaëtan Vassart

Gaëtan Vassart

Gaëtan Vassart est un auteur, metteur en scène et comédien né à Bruxelles en 1978 . Avant d’intégrer le Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris, Gaëtan Vassart a été formé à l’INSAS en sections comédien et mise en scène, puis en Classe Libre au Cours Florent. Il a notamment joué au théâtre avec Philippe Adrien, Bernard Sobel, Eric Ruf, Gérard Desarthe, Michel Didym et Joël Jouanneau. Au cinéma, il joue dans Malaterra et L’Affaire Courjault de Jean-Xavier de Lestrade et L’Exercice de l’Etat de Pierre Schoeller. Joël Jouanneau l’aide à fonder la Compagnie La Ronde de Nuit. Il écrit et met en scène : Toni M. (texte qui reçoit l’Aide à la création du CNT et est accueilli en résidence de création à la Chartreuse), présenté à la Chapelle Sainte-Claire au Festival d’Avignon ; Peau d’Ourse d’après le conte italien du Pentamerone, présenté à la Maison de Radio France avec Anne Alvaro; Danseuse (Encouragements du CnT) prochaine création à la Comédie de Picardie en 2017. Anna Karénine est la première adaptation théâtrale en France du roman de Tolstoï.

Golshifteh Farahani

Née en Iran, Golshifteh Farahani est la fille du metteur en scène de théâtre Behzad Farahani. Virtuose de piano adolescente, Golshifteh Farahani devient la première actrice iranienne depuis la révolution islamiste de 1979 à jouer dans une production américaine, Mensonges d’État de Ridley Scott, et est contrainte à l’exil pour avoir posé bras nu aux côtés de Léonardo Di Caprio. En 2012, elle pose nue pour la revue « Egoïste », manière pour elle de revendiquer et d’assumer son autonomie et sa liberté de femme. Au cinéma dans une quinzaine de films, notamment Mensonges d’Etat de Ridley Scott, A propos d’Elly de Asghar Farhadi, Poulet aux prunes de Marjane Sartrapi, Syngué Sabour, pierre de patience de Atiq Rahimi pour lequel elle est nommée meilleur espoir féminin au César 2014, My sweet pepperland de Hiner Saleem, Exodus de Ridley Scott, Eden de Mia Hansen-Love, Les deux amis de Louis Garrel, Les malheurs de Sophie de Christophe Honoré, et Pirates des Caraïbes de Joachim Rønning aux côtés de Johnny Depp.