Les mercredis au Théâtre

Pinocchio

mercredi 13 février à 14:30

Ajouter l'événement à mon agenda

Réserver
Salle Jean Vilar
1h
Dès 5 ans

Pinocchio est l’histoire éternelle de ce petit garçon menteur, qui apprendra à ses dépens à vivre de ses mensonges, à travers des rencontres hautes en couleurs.

De cette matière théâtrale, Thomas Bellorini a fait une pièce où musique et scènes aériennes font la part belle à l’imaginaire. Un spectacle qui nourrit ce voyage initiatique, nous parle de paternité, de maternité et d’enfance, où théâtre, musique et cirque se mêlent.

D’après le conte de Carlo Collodi
Adaptation, musique et mise en scène Thomas Bellorini

Production Cie Gabbiano. Avec le soutien du Centre culturel Jean Houdremont / La Courneuve, du centquatre-Paris, de l’Adami et de la Spedidam.

  • Pinocchio(c) Pierre Dolzani
  • Pinocchio
  • Pinocchio(c) Pierre Dolzani
  • Pinocchio(c) Pierre Dolzani

Avec Brenda Clark, Zsuzsanna Vàrkonyi, Jean-Philippe Morin, François Pérache, Jo Zeugma, Céline Ottria et Adrien Noblet

Lumières Jean-Philippe Morin
Costumes Jean-Philippe Thomann
Illustrations et animations Laure Laferrerie

Note d'intention
Tout a commencé par la musique. Après avoir lu et relu le conte de Collodi, j’ai d’abord écrit ce qui deviendrait la musique du spectacle. Avec cette idée qu’une histoire peut être racontée de maintes manières, que ça se tricote, une histoire. Puis j’ai tiré les fils.
Dans la grande tradition des contes oraux, le récit sera délivré par un conteur, qui dit différentes voix. Il sera entouré d’une accordéoniste, une trapéziste, un comédien, un homme-orchestre…
C’est un spectacle kaléidoscope, à l’image des artistes qui l’habitent. Chacun à sa façon raconte des morceaux de l’histoire. Chacun s’empare d’un moment, et le narre, le mime, le chante, le danse, à l’aide de son art. « Il y avait une fois un morceau de bois » : j’ai écouté Collodi, qui dès la première phrase du conte, dit que tout est possible, que tout peut arriver. Un morceau de bois, quoi de plus anodin…Et pourtant…
Sur scène, tour à tour, comme on prend un relais, chaque artiste s’empare de l’histoire, qui envahit l’espace. Le récit est choral : tous les artistes restent sur scène. La danseuse ne touche jamais le sol, son domaine, ce sont les airs. La Fée, elle, est perchée sur sa haute échelle. Le conteur quant à lui garde les pieds sur terre. L’espace scénique figure l’atelier de Geppetto, baigné de couleurs passées aux teintes sépias. Parce que c’est un vieil atelier aux outils usés. Et parce que les lumières façonnent un univers ancien, celui du conte, hors le temps, hors la réalité. Elles installent la féerie, ouvrent les possibles. Robe lumière de la Fée, fête foraine, ventre de la baleine : les ampoules s’allument et s’éteignent, ouvrent des chapitres et les referment. Avec toujours en fond, l’atelier de Geppetto, image de l’esprit du créateur, menuisier, compositeur, metteur en scène, ou écrivain.
Ce Pinocchio, c’est un spectacle pluriel, qui tisse images, mots, musique, sons, acrobaties, danses : un spectacle qui fait feu de tout bois…

Pourquoi Pinocchio ?
Il y en a d’autres, des contes pour enfants susceptibles d’être adaptés au théâtre. Alors, pourquoi Pinocchio ? Peut-être parce que je suis italien, et que c’était ce conte que ma grand-mère me disait, enfant. Le mettre en scène aujourd’hui, c’est puiser dans l’enfance, les images, les émotions, les peurs que convoquaient les aventures du pantin … Renouer ce fil-là m’a permis de bâtir un univers crédible et poétique à hauteur des jeunes spectateurs.
Voyage initiatique ponctué de rencontres hautes en couleurs, Pinocchio est aussi un conte certes didactique, mais qui fait la part belle à l’imagination, aux lignes de fuite, pain béni pour toute démarche artistique. Ce spectacle nous parle de la paternité et de la maternité, de l’enfance, mais aussi de la création artistique. Une matière théâtrale fabuleuse, qui s’adresse aux enfants comme aux adultes.


Thomas Bellorini

Ce projet est né de l’envie de travailler avec des artistes en particulier. Tous ont accepté de participer au spectacle, kaléidoscope de leur savoir-faire où le tout n’existe que grâce aux couleurs des uns et des autres.


Thomas Bellorini, metteur en scène
Il est directeur artistique d’Eltho Compagnie, chanteur, chef de choeur et compositeur et metteur en scène de spectacles musicaux. Il est l’auteur de la musique originale d’Où vas-tu Pedro ? – spectacle musical d’Eltho, mis en scène par Elise Chatauret, créé à La Courneuve en février 2009, puis repris à Confluences et au Théâtre du Lierre – dont le CD est sorti en janvier 2010. Il a aussi créé la musique originale des Caprices de Marianne, mis en scène par Sébastien Azzopardi, monté au Théâtre du Lucernaire et actuellement en tournée. En 2009, il met en scène un spectacle musical autour de Barbara, Soleil Noir. Directeur musical et arrangeur, Thomas Bellorini a travaillé sur Piaf, l’ombre de la rue, mis en scène par Jean Bellorini, en tournée depuis 2002 avec plus de 300 représentations.
Le metteur en scène de Pinocchio, c’est lui. La création de la musique originale, l’accordéon et la guitare électrique : c’est son idée. Bref, il est le menuisier en chef. Et l’adaptation de ce conte qu’il aimait tant quand il était petit, c’est encore lui.

Brenda Clark, comédienne, trapéziste
Elle est actrice et danseuse aérienne, auteur de théâtre et de chansons, et en plus, elle a une maîtrise de littérature anglaise…En 2009, elle a joué dans le spectacle Troisième Pôle mis en scène par Quentin Ogier, aujourd’hui en tournée. Elle a interprété Grace dans Angels burn in the Sun, un film de Léonard Mae. Dans Pinocchio, du haut de son trapèze, cette artiste aérienne raconte la fuite, la fugue, le cirque, la mer…


Jean-Philippe Morin, comédien et lumière
Il est comédien et créateur lumières. Dirigé par Hélène Cinque, il a joué dans Peines d’amours perdues, de Shakespeare, créé au Théâtre du Soleil. En 2009 il a conçu les lumières d’Où vas-tu Pedro ? pour Eltho Compagnie, puis mis en scène son premier spectacle au Festival Premiers Pas à la Cartoucherie. Dans Pinocchio, il fait aussi tout ça, ou presque : les lumières, c’est lui ; le mauvais garçon qui embarque Pinocchio au Pays des Récréations, c’est lui aussi.


François Pérache, le conteur et Geppetto
Il est comédien, formé à l’Ecole Claude Mathieu. Il a joué dans L’Opérette imaginaire de Valère Novarina, mise en scène par Jean Bellorini, et travaillé des textes de Yasmina Reza, de Labiche, ou de Bertolt Brecht. Jongleur, escrimeur, pianiste…et conteur, dans Pinocchio cet ingénieur centralien aux mille talents conte, raconte…et tout au bout de l’histoire, se glisse dans la peau du vieux menuisier Geppetto.


Zsuzsanna Vàrkonyi, la Fée
Elle est chanteuse, musicienne et comédienne d’origine hongroise. Au cinéma, elle a joué dans Sauvage Innocence, de Philippe Garrel, et Forget about me, réalisé par Michael Winterbottom. Elle chante en hongrois, tzigane, yiddish, français et rom, a enregistré trois albums de chants « d’ailleurs », voyagé, chanté et travaillé dans bien des pays du monde… Elle est La Fée.


Jonathan Zeugma, L’homme-orchestre
Il est comédien et musicien de formation. Il compose, arrange et enregistre la musique de la pièce Le roi Cymbeline mis en scène par Hélène Cinque. Il travaille sur plusieurs spectacles en tant que directeur musical, la famille Bip et Liliom, pièce dans laquelle il interprète également le rôle titre. Comme guitariste il accompagne depuis plusieurs années les chanteuses Norazia et Jessica Fitoussi et a participé à l'orchestre de musique russe et tzigane Skazki. Jo Zeugma, l’homme-orchestre porte bien son nom, il est membre cofondateur du groupe de musique Les Frères Zeugma, auquel il prête sa voix et son talent de guitariste et il est à l’origine du collectif des gueux au sein duquel il a organisé 2 festivals et 3 cabarets. La musique, il l’a dans la peau.


Céline Ottria, musicienne multi-instrumentiste
Elle travaille depuis plusieurs années dans le milieu du théâtre. Violoniste de formation, elle a travaillé le piano avec Stéphane Tsapis, le chant avec Thomas Bellorini, et a appris la basse et la guitare en autodidacte. Sa double formation, de musicienne et de comédienne lui permet d’explorer au fil des spectacles le lien entre musique et musicalité du texte, entre couleurs sonores et théâtralité.
Elle travaille ainsi régulièrement avec la Compagnie Air de Lune avec Jean Bellorini et avec la Compagnie Voix Public.


Jean-Philippe Thomann, Costumes
Danseur et comédien de formation, Jean-Philippe Thomann étudie l’Histoire du théâtre, la scénographie et l’Histoire du costume. Passionné d’art lyrique, il participe à de nombreuses productions d’opéras, en tant que choriste (Carmen, Turandot, Traviata, Nabucco, Aïda), mais aussi comme costumier ou scénographe (Traviata, Contes d’Hoffmann, La Vie Parisienne, La Belle Hélène, Lucia di Lamermoor…).Parallèlement, il met en scène un grand nombre de pièces de théâtre (Sophocle, Bernanos, Anouilh, Molière, Ibsen, Feydeau, Euripide, Goldoni, Tchekhov…).A partir de 1983, il met ses qualités artistiques au service de l’éducation et de la pédagogie en développant l’Association Culturelle Saint Michel de Picpus, pour le lycée du même nom, à Paris dans le XIIème arrondissement. Le projet culturel proposé par cette association est la promotion, l’organisation et la pratique d’activités culturelles pour les élèves de l’établissement qui le souhaitent.


Laure Laferrerie, animations
Elle est graphiste. Diplômée en communication visuelle de l’Intuit Lab Paris, elle travaille en freelance pour de nombreux projets artistiques. En 2009, elle a conçu et réalisé affiches, tracts et pochette de CD d’Où vas-tu Pedro ?, spectacle d’Eltho Compagnie. Pour Pinocchio, elle a pensé les illustrations et les animations, dessiné la marmite, le nez qui s’allonge…