En tournée / On tour

Chargée de diffusion : Anne-Laure Fleischel
+33 (0)1 41 44 99 20 - Contact

DanseCréation

Création Gillot-Marin-Rizzo

Réunis par un même désir d’absolu, et par cette part d’ombre qu’ils portent en eux, comme une caresse à l’envers, Marie-Agnès Gillot et Andrés Marin cherchent ensemble l’invisible de la danse, et les esprits qui l’accompagnent. Sorte de définition archaïque du Duende, ce fantôme est le territoire en creux de leur pratique « où le poétique dialogue avec la tension et l’élasticité du vide qui fédèrent les corps » nous explique Christian Rizzo. « Ils revendiquent tous deux une animalité très forte, mais l’ombre de cette animalité doit être encore plus troublante ».

Celle qui « aime le rapport au rythme du flamenco, sorte de « drum base » personnel, qu'elle ne connaît pas en danse classique, aimerait bien le danser sur pointes. Voilà qui ne peut que séduire Andrés, danseur d’exception, bourré d’idées surprenantes, rénovateur d’un flamenco qui peut tout dire et tout faire, du coup de talon le plus sec à l’opéra-rock le plus délirant.

Déployant une danse flamboyante, qu’elle soit chaussée de crampons, de baskets, de pointes ou de vraies chaussures de flamenco, voilà nos trois artistes prêts à livrer un flamenco féroce et élégant, accompagné de la batterie de Didier Ambact et de la contrebasse de Bruno Chevillon, ainsi que le regard toujours pertinent de l’éclairagiste Caty Olive.

Direction artistique et scénographie Christian Rizzo

Chorégraphie et interprétation Marie-Agnès Gillot, Andrés Marin

Commande Festival de Danse de Cannes
Production Théâtre de Suresnes Jean Vilar
Coproduction Festival de Danse de Cannes, Théâtre national de Chaillot

Fermer

Conditions de tournée

Equipe en tournée

9 personnes:
- 2 danseurs
- 2 musiciens
- 1 chorégraphe
- 3 régisseurs 
- 1 administrateur de tournée


Montage : 5 services

 

Direction artistique, scénographie 
Christian Rizzo

Chorégraphie et interprétation 
Marie-Agnès Gillot, Andrés Marín

Avec les musiciens live
Didier Ambact, batterie
Bruno Chevillon, contrebasse

Lumières
Caty Olive

Son
Vanessa Court

Christian Rizzo

Né en 1965 à Cannes, Christian Rizzo fait ses débuts artistiques à Toulouse où il monte un groupe de rock et crée une marque de vêtements, avant de se former aux arts plastiques à la villa Arson à Nice et de bifurquer vers la danse de façon inattendue.

Dans les années 1990, il est interprète auprès de nombreux chorégraphes contemporains, signant aussi parfois des bandes sons ou la création des costumes. Ainsi, on a pu le voir chez Mathilde Monnier, Hervé Robbe, Mark Tompkins, Georges Appaix puis rejoindre d’autres démarches artistiques auprès de Vera Mantero, Catherine Contour, Emmanuelle Huynh, Rachid Ouramdane.

En 1996, il fonde l’association Fragile et présente performances, objets dansants et pièces solos ou de groupes en alternance avec d’autres projets ou commandes pour l’opéra, la mode et les arts plastiques. Depuis, plus d’une trentaine de productions ont vu le jour, sans compter les activités pédagogiques.

Christian Rizzo enseigne régulièrement dans des écoles d’art en France et à l’étranger, ainsi que dans des structures dédiées à la danse contemporaine.

Au 1er janvier 2015, Christian Rizzo prend la direction du Centre chorégraphique national de Montpellier. Désormais intitulé ICI (Institut Chorégraphique International), le CCN propose une vision transversale de la création, de la formation, de l’éducation artistique et de l’ouverture aux publics.

Prenant support sur les pratiques et les territoires, le projet est avant tout un espace prospectif qui prend à bras le corps, l’invitation d’artistes, l’écriture du geste chorégraphique et les manifestations de son partage.

 

Marie-Agnès Gillot

Marie-Agnès Gillot entre à l’Ecole de danse de l’Opéra national de Paris en 1985. Le 18 mars 2014, elle est nommée « Étoile », sur proposition de Brigitte Lefèvre, à l’issue de la représentation de Signes de Carolyn Carlson, première nommée sur un ballet contemporain.

Parfaite interprète des grands ballets classiques, mélange de force et de fragilité, Marie-Agnès Gillot est très sollicitée par les chorégraphes contemporains. Tour à tour femme fatale, personnage romantique, cruel, libre et insolent, elle met sa technique virtuose au service de multiples chorégraphes (Roland Petit, Maurice Béjart, Kader Belarbi, Angelin Preljocaj, Mats Ek, Wayne McGregor, Benjamin Millepied, William Forsythe, Sidi Larbi Cherkaoui, Damien Jalet et bien d’autres…).

En 2007, elle donne, pour Sophie Calle qui représente la France à de la Biennale de Venise, son interprétation de Prenez soin de vous et danse avec Les cygnes de Swan, un ballet de Luc Petton, créé au Théâtre national de Chaillot en juin 2012. 

Marie-Agnès Gillot exerce son goût pour l’éclectisme, en multipliant les collaborations. 

Elle crée notamment en 2007 Les Rares Différences, une pièce avec une danseuse et deux danseurs de hip-hop lors du festival Suresnes cités danse ou encore Art Ère, sur le Trio élégiaque de Serguei Rachmaninov, pour le Junior Ballet classique du Conservatoire national supérieur de Musique et de Danse de Paris en 2009. En 2012, elle présente Sous Apparence, sa première création pour le Ballet de l’Opéra national de Paris.

En novembre 2009, elle créé un Flashmob pour l’association La Chaîne de l’Espoir sous la pyramide du Louvre. Elle est également investie dans l’association ICCARRE pour laquelle elle créée un pas de deux avec Blanca Li en décembre 2014 à la Maison Jean-Paul Gaultier. Après des clips pour Arthur H, REM et Benjamin Biolay, on l’a vue danser aux côtés de Marianne Faithfull, de Katia et Marielle Labèque ou lors du spectacle annuel des Enfoirés. 

Elle joue avec Pippo Delbono et est également l’égérie de plusieurs marques de luxe comme Celine ou Repetto. Elle crée également des événements pour Cartier ou le Musée du Louvre.

Deux de ses oeuvres sont exposées au Palais de Tokyo. Elle crée Tu es dans le cadre de la Nuit Blanche 2016, sur la musique du Boléro de Ravel, un duo qu’elle a chorégraphié et dansé à partir des mouvements inspirés de son travail avec les prisonniers de la Maison centrale d’arrêt de Arles. 

Elle fait ses adieux officiels à l’Opéra national de Paris en mars 2018 lors d’une représentation émouvante d’Orphée et Eurydice de Pina Bausch. 

En novembre 2018 elle fait ses débuts au théâtre dans Peau d’Ane au Théâtre Marigny à la demande de Jean-Luc Choplin. En janvier 2019, elle apparaît au cinéma aux côtés de Pierre Richard dans A cause des filles… de Pascal Thomas.

Elle est Chevalier dans l’ordre de la Légion d’Honneur, dans l’ordre du Mérite et dans celui des Arts et des Lettres.

 

Andrés Marin

Fils d’une lignée de danseurs de Séville, Andrés Marín est l’un des danseurs les plus significatifs du flamenco actuel.
Ses créations sont centrées sur la tradition flamenca, fortement liée au chant, tout en proposant un style extrêmement personnel et une esthétique contemporaine considérée comme l’une des plus novatrices du flamenco.

Andrés Marín commence à danser professionnellement en 1992 en tant que soliste et chorégraphe pour divers spectacles et événements jusqu’en 2002, année où il fonde sa compagnie. Le premier spectacle de la Compagnie Andrés Marín Más allá del tiempo est créé en 2002 à la Maison de la Danse de Lyon et sera suivi de plus de soixante représentations.

Son spectacle La pasión según se mire (Regards sur la passion), couronné par le Prix du moment magique de la Biennale de Flamenco de Séville 2010, propose un éventail d’émotions et de pulsions effrénées qui illustrent l’espace de liberté dans lequel il s’exerce. 

Dès lors, il multiplie les créations et les collaborations, (Bartabas, Blanca Li, Kader Attou, Jirí Kylián et Bill T. Jones… ), se produisant dans le monde entier, sur les plus grandes sènes d’Europe, d’Amérique et d’Asie. Il combine ses tournées avec ses activités de direction de cours de danse à Tokyo, en Hollande, aux États Unis et à Séville.

Avec Andrés Marín, le flamenco est travaillé jusque dans sa moelle, en puriste mais aussi en iconoclaste. Il déplace les frontières et vise à décloisonner le flamenco tout en restant vissé à ses fondamentaux. Dans toutes ses oeuvres, il y a une grande dose de risque et d’expérimentation, éléments que l’artiste considère indispensables pour que l’art flamenco reste vivant. 

Andrés Marín est considéré aujourd’hui comme l’un des grands rénovateurs du flamenco.

Voir les dates et conditions de tournée

Prochaine date
15 décembre 2019