Musique classique / Opéra

La Passion selon saint Jean

vendredi 25 mars à 21:00

Ajouter l'événement à mon agenda

Réserver
Salle Jean Vilar
2h
Dès 12 ans

Au temps de Bach, c’est dans les églises que l’on peut trouver les plus brillants musiciens et les meilleurs chanteurs. Devenu « Cantor » – c’est-à-dire directeur de la musique – pour les églises de Leipzig en 1723, le maître y trouve les moyens de développer son art à travers de très nombreuses cantates.

Mais c’est avec les Passions écrites pour la Semaine sainte qu’il atteint des sommets d’expression car Bach avait interdiction d’écrire de la musique de théâtre. C’est donc par la musique seule, mise au service du texte de l’Évangile, que le compositeur donne à ses Passions une réelle force dramatique. Avec sa structure contrastée alternant récitatifs, arias et chœurs, et son extraordinaire invention musicale, la Passion selon saint Jean est un véritable « opéra spirituel ». Elle est ici servie par l’ensemble Aedes, qui fête ses dix ans, et l’ensemble Les Surprises (direction Louis-Noël Bestion de Camboulas), fiers représentants de cette nouvelle génération, fidèle tant à la lettre qu’à l’esprit du répertoire baroque.

Ensemble Aedes
Ensemble Les Surprises
Direction Mathieu Romano

La Fondation Bettencourt Schueller et Mécénat Musical Société Générale sont les principaux mécènes de l’Ensemble Aedes, qui bénéficie également du soutien du ministère de la Culture et de la Communication / DRAC Bourgogne et Picardie, des Conseils régionaux de Bourgogne et de Picardie, des Conseils départementaux de l’Oise et de l’Yonne, de la SACEM, de Musique Nouvelle en Liberté (MNL), de l’Adami et de la Spedidam. L’ensemble est en résidence au Théâtre Impérial de Compiègne, au Théâtre d’Auxerre, à la Cité de la Voix de Vézelay ainsi qu’à la Fondation Singer-Polignac. Il est également Lauréat 2009 du Prix Bettencourt pour le chant choral décerné par l’Académie des Beaux-Arts, membre de Tenso (réseau européen des chœurs de chambre professionnels), de la Févis (Fédération des Ensembles Vocaux et Instrumentaux Spécialisés) et du Profedim.

Rejoignez l'événement sur Facebook
  • La Passion selon saint Jean
  • Ensemble Les Surprises© Ludo Leleu

Ensemble Aedes
Ensemble Les Surprises
Direction Mathieu Romano


Évangéliste Fernando Guimaraes
Soprano Rachel Redmond
Alto Mélodie Ruvio
Ténor Enguerrand de Hys
Basse Victor Sicard
Pilate Basse Nicolas Brooymans


Sopranos  Agathe Boudet, Judith Derouin, Agathe Peyrat, Angélique Pourreyron
Altos Julia Beaumier, Elise Bédènes, Laia Cortés Calafell, Fanny Lustaud,
Pauline Prot
Ténors  Camillo Angarita, Martial Pauliat, Florent Thioux, Marc Valéro
Basses  Frédéric Bourreau, Nicolas Brooymans, Sorin Dumitrascu, Pascal
Gourgand, Louis-Pierre Patron

Premiers violons  Marie Friez, Alice Julien-Laferrière, Matilde Païs
Seconds violons  Anaëlle Blanc-Verdin, Gabriel Ferry, Raphaëlle Pacault
Altos  Lika Laloum, Géraldine Roux
Violoncelle Julien Hainsworth
Viole de gambe Juliette Guignard
Contrebasse Marie-Amélie Clément
Flûtes Sandra Latour, François Nicolet
Hautbois Laura Duthuillé, Mathieu Loux
Basson Anaïs Ramage
Orgue Louis-Noël Bestion de Camboulas
Luth Etienne Galletier

Le mot Passion avec une majuscule a une signification bien particulière : celle de la souffrance de Jésus sur le chemin de la crucifixion. Le mot désigne l’ensemble des différentes étapes décrites dans les quatre Évangiles de Luc, Marc, Jean et Matthieu, issus du Nouveau Testament : Trahison de Judas – Arrestation – Reniement de Pierre – Procès – Crucifixion. La lecture chantée de ces textes, dans le cadre de la Semaine sainte, constitue la célébration de la Passion. Au Moyen Âge, elle est psalmodiée à plusieurs voix : l’évangéliste et les différents protagonistes du récit (Jésus, Judas, Pilate, les grands prêtres, la foule…). Cantor de l’Église réformée de Saint-Thomas de Leipzig, Johann Sebastian Bach (1685-1750) compose cinq Passions pour les célébrations du Vendredi saint. Seules deux nous sont parvenues dans leur intégralité : la Passion selon saint Jean BWV 245 (1724) et la Passion selon saint Matthieu BWV 244 (1727). Les Passions de Bach sont des oratorios, c’est-à-dire des drames musicaux dont le sujet est religieux. Leur structure – airs, récitatifs, chœur – est proche de celle de l’opéra, à l’exception importante qu’elles ne sont pas destinées à être mises en scène. La plus ancienne des deux, la Passion selon saint Jean, a été exécutée pour la première fois en 1724, moins d’un an après l’entrée en fonction de Bach à Leipzig. Elle fut longtemps considérée comme la « petite » des deux ; mais nul ne défend plus aujourd’hui cette vision ô combien réductrice d’une œuvre puissamment dramatique et intensément colorée.
D’après les informations fournies par la Médiathèque de la Philharmonie de Paris

Ensemble Aedes

Fondé en 2005 par Mathieu Romano, l’ensemble Aedes a pour vocation d’interpréter les œuvres majeures et les pièces moins célèbres du répertoire choral des cinq siècles passés, jusqu’à la création contemporaine. Composé, selon les programmes, de dix-sept à quarante chanteurs professionnels, l’ensemble Aedes a déjà inscrit à son répertoire de nombreux cycles a cappella, participé à des projets d’oratorios et d’opéras mis en scène et proposé différents programmes pour chœur et piano, orgue ou ensemble instrumental. Il collabore régulièrement avec des ensembles renommés tels que le Cercle de l’Harmonie (direction : Jérémie Rhorer), les Musiciens du Louvre-Grenoble (direction : Marc Minkowski), l’Orchestre Philharmonique de Radio France, le Chœur de la Radio Lettone ou encore la Maîtrise de Paris (direction : Patrick Marco). L’ensemble, en résidence au Théâtre d’Auxerre, au Théâtre Impérial de Compiègne et à la Cité de la Voix de Vézelay, s’est déjà produit à la Philharmonie de Paris, à la Salle Pleyel, au Théâtre des Champs-Elysées, à l’Opéra royal de Versailles, à l’Opéra de Bordeaux, aux Festivals de Saint-Denis, de La Chaise-Dieu, d’Ambronay, de Radio France et Montpellier, à l’Auditorium de Dijon, au Théâtre de Caen, ou encore à l’Abbaye aux Dames de Saintes, à l’Auditorium du Louvre, au Festival de Pâques de Deauville, au Théâtre de l’Athénée, au Théâtre de Besançon, aux festivals d’Auvers-sur-Oise, de Beaune et de Noirlac, ainsi qu’à l’Auditorium du Musée d’Orsay et sur différentes scènes nationales françaises (Quimper, Angoulême, La Rochelle). En 2014, il assure les chœurs de deux productions du Festival d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence. La musique du XXe siècle et la création contemporaine tiennent une place essentielle dans les activités de l’ensemble. En 2008, l’ensemble Aedes crée une commande faite au compositeur Philippe Hersant. En 2011, il crée un oratorio pour chœur de Thierry Machuel dans le cadre du Festival de Clairvaux. En 2012, il assure la création française de Furcht und Zittern, œuvre de Brice Pauset en partenariat avec l’Orchestre Dijon Bourgogne. Des œuvres de Philippe Fénelon, Jonathan Harvey ou encore Aurélien Dumont et Philip Lawson font partie de son répertoire. L’ensemble invite fréquemment des chefs ou personnalités reconnues du milieu musical dans le cadre de la préparation de certains programmes : Hervé Niquet pour la musique baroque française, Joël Suhubiette pour le répertoire a cappella du XXe siècle, Catherine Simonpietri pour le répertoire contemporain, ou encore Dominique Visse pour la chanson de la Renaissance. L’ensemble Aedes a déjà gravé un premier disque consacré au compositeur Franz Liszt et intitulé Via crucis en 2007. Son premier disque a cappella intitulé Ludus verbalis et consacré aux musiques profanes du XXe siècle est paru au mois de juin 2011 et a été récompensé d’un Diapason découverte et d’un prix de la Deutsche Schallplattenkritik. Le deuxième volume est paru au mois de novembre 2012 et a été récompensé d’un Diapason d’or. En septembre 2013 est paru le disque Instants limites (Aeon / Harmonia Mundi) consacré au compositeur Philippe Hersant et récompensé lui aussi d’un Diapason d’or. Le double-disque Ludus verbalis, volumes III et IV, consacré aux musiques sacrées du XXe siècle, est paru en avril 2015.

Ensemble Les Surprises

Fondé par Juliette Guignard et Louis-Noël Bestion de Camboulas en 2010, l’ensemble Les Surprises transmet, à travers des programmes variés et originaux, sa passion pour les musiques des XVIIe et XVIIIe siècles. Ensemble à géométrie variable se métamorphosant d’un ensemble de chambre à une formation orchestrale, c’est en référence à l’opéra-ballet de Jean-Philippe Rameau, Les Surprises de l’Amour, qu’il se nomme. Ses membres ont été formés dans les conservatoires supérieurs européens et travaillent sous la direction de personnalités telles que Hervé Niquet, William Christie ou Christophe Rousset. Vif et curieux, l’ensemble Les Surprises a pour projet d’ouvrir vers de nouveaux chemins d’écoute par ses interprétations singulières mais toujours au plus près de l’écriture. Il contribue également au développement du répertoire contemporain pour instruments anciens par des commandes auprès de compositeurs, et œuvre pour l’élargissement du public de la musique baroque. En 2014, l’ensemble se produit dans de nombreux festivals à travers l’Europe : Semaine Musicale de Quimper, festival de Saint-Michel-en-Thiérache, festival de Saint-Riquier, festival Monteverdi (Cremona), Allemagne, etc. L’ensemble Les Surprises enregistre en 2013 son premier disque. Celui-ci a reçu de vifs éloges dans la presse nationale et internationale. En 2014, l’ensemble Les Surprises a reçu le prix « Révélation musicale » décerné par le Syndicat professionnel de la critique de théâtre musique et danse, prix attribué pour la première fois à un ensemble de musique baroque en cinquante ans de palmarès. L’ensemble Les Surprises reçoit le soutien de la ville de Bordeaux, le Conseil Général de la Gironde et la DRAC Aquitaine et ponctuellement de l’ADAMI, la SPEDIDAM, l’Institut Français, l’IDDAC et l’OARA. Il est soutenu par le CCR d’Ambronay