Danse

Solides

vendredi 27 mars à 21:00

Ajouter l'événement à mon agenda

Réserver
Salle Jean Vilar
1h15
Dès 12 ans

Quand, dans les années quatre-vingt, les jeunes danseurs n’ont d’yeux que pour les États-Unis et le «roi» Cunningham, Catherine Diverrès part au Japon suivre l’enseignement de Kazuo Ohno, fondateur du Butó et « de son geste de chorégraphe ». C’est donc à rebours qu’elle commence par entrer dans la danse.

Elle refuse la technique classique, dénonce les failles de ses maîtres à danser, reste sourde à tout compromis.  Elle tracera son propre sillon jusqu’à imposer une écriture exigeante, ambitieuse, voire polémique.
Solides ouvre une parenthèse dans ce parcours de guerrière. La chorégraphe s’accorde une pause pour s’interroger sur les fondamentaux qui ont structuré la danse contemporaine. Que reste-t-il d’un siècle de rupture avec le ballet classique ? Qu’en reste-t-il de pertinent, d’irréversible ? Entre spectacle et conférence, Solides se propose de donner un jeu de clés pour comprendre la diversité des esthétiques incarnées par quelques chorégraphes emblématiques. Un voyage dans le temps, mené par sept danseurs.

Chorégraphie Catherine Diverrès

Production Association d’Octobre / Compagnie Catherine Diverrès. Coproduction Théâtre Anne de Bretagne, scène conventionnée danse et théâtre / Vannes. Création en 2004 à Quimper et au TNB-Rennes, dans le cadre du festival Mettre en Scène. Production CCN de Rennes et de Bretagne / Théâtre national de Bretagne.

  • SolidesSolides © Tristan Valès
  • SolidesSolides © Caroline Ablain
  • SolidesSolides © Caroline Ablain
  • SolidesSolides © Tristan Valès

Avec Capucine Goust, Harris Gkekas, Akiko Hasegawa, Rafael Pardillo, Kathleen Reynolds, Tamara Stuart-Ewing, Emilio Urbina-Madina

Collaboration artistique et scénographie Laurent Peduzzi
Lumières Catherine Diverrès assistée par Eric Corlay
Costumes Cidalia da Costa
Réalisation sonore Denis Gambiez

Catherine Diverrès
Chorégraphe

Catherine Diverrès démarre sa formation à Mudra, l’école de Maurice Béjart à Bruxelles, pratique les techniques Limón, Cunnigham, Nikolaïs, avant de rejoindre Dominique Bagouet au Centre chorégraphique national de Montpellier, où elle rencontre Bernardo Montet. Tous deux se rendent au Japon, pour suivre l’enseignement de Kazuo Ohno et créent leur premier duo, Instance en 1983, fondateur de leur propre langage. Ils poursuivent leur travail au sein de leur compagnie, le Studio DM, créée la même année.

C’est encore ensemble qu’ils sont nommés à la direction du Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne en 1994, fonction que Catherine Diverrès assumera seule de 1996 à 2008.

La conscience, la relation à autrui, c'est ce qui fait le temps répète à l’envi Catherine Diverrès, depuis son premier opus chorégraphique. Étrange météore qui fait son apparition dans le paysage de la danse contemporaine au milieu des années 80, d'emblée Catherine Diverrès se démarque, tournant le dos aux conceptions de la danse postmoderne américaine qui domine, et du vocabulaire classique à la base de sa formation.

Comme d'autres chorégraphes de sa génération, elle crée sa propre langue, invente un univers. Instance, première pièce créée en duo avec Bernardo Montet à la suite d'une rencontre avec l'un des maîtres du butô, Kazuo Ohno, est emblématique de cette démarche qui se tient résolument à l'écart des modes et développe une poétique singulière. Le parcours de Catherine Diverrès est jalonné de pièces aux visions fulgurantes, aux partis pris polémiques.

Il y a dans son travail un quelque chose qui s'approche de "l'infini turbulent" dont traite le poète Henri Michaux. Mélancolie, sentiment tragique, approche du vide, abstraction, la chorégraphe avance sur des chemins escarpés. Une profonde intériorité anime sa danse qui se déploie dans le raffinement d'une gestuelle nerveuse et vibratile. Au fil du temps, Catherine Diverrès a créé une œuvre qui comprend une vingtaine de pièces hantées par des états de conscience, des corps subtils, qui nous parlent d'espace et de temps. Pièces de résistance, qui entrent en résonance avec les grands bouleversements de la vie, ses forces et ses gouffres.

Principales chorégraphies

Instance (1983)
Le Rêve d’Hélène Keller (1984)
Lie (1985)
L’arbitre des élégances (1986)
Le Printemps (1988)
Fragment (1989)
Concertino (1990)
Tauride (1992)
Ces Poussières (1993)
L’Ombre du ciel (1995)
Fruits (1996)
Stances I et II (1997)
Corpus (1998)
Le Double de la bataille (1999)
4+1 (Little song) (2000)
Voltes (2000)
San (2001)
Cantieri (2002)
Echo (2003)
Solides (2004)
Alla Prima (2005)
Blowin’ (2007)
La Maison du sourd (2008)