Théâtre musical

Traviata

Vous méritez un avenir meilleur

vendredi 18 novembre à 21:00dimanche 20 novembre à 17:00

Ajouter l'événement à mon agenda

Complet
Salle Jean Vilar
2h
Dès 16 ans

Alphonsine Plessis, la courtisane la plus chère de Paris, morte de la tuberculose en 1847, a vécu plusieurs vies.

D’abord, elle se rebaptise Marie Duplessis, parce que c’est plus chic. Un an après sa disparition, elle devient Marguerite Gautier dans La Dame aux camélias, le roman adapté au théâtre par son auteur et ex-amant Alexandre Dumas fils. Enfin, elle sera Violetta Valery, dans La Traviata de Verdi. C’est de cet opéra que s’empare Benjamin Lazar. On y retrouve, la « dévoyée », belle à damner un saint, qui avait de l’esprit et le sens de la fête, la « Traviata » au grand coeur qui sacrifie son amour à la réputation de son amant. Mais le metteur en scène s’emploie « à remettre l’opéra au théâtre d’où il est venu ». On y voit les acteurs chanter et les chanteurs parler. Ils dialoguent avec les instrumentistes qui ont troqué la fosse pour la scène. Violetta joue du piano, chante. Elle n’est plus une fleur que l’on regarde se faner mais une femme libre, créatrice de son propre destin.

 


information Pour des raisons indépendantes de notre volonté, la représentation du 19 novembre de Traviata, vous méritez un avenir meilleur mise en scène Benjamin Lazar, doit malheureusement être annulée. Les personnes ayant réservé leurs places recevront un courrier les informant des dispositions prises par le Théâtre à leur égard. Sachez que nous regrettons vivement cette situation, et vous remercions de votre compréhension. Le Théâtre Jean Vilar

Conception Benjamin Lazar, Florent Hubert et Judith Chemla
Mise en scène Benjamin Lazar
Direction musicale Florent Hubert et Paul Escobar

Production C.I.C.T. – Théâtre des Bouffes du Nord. Coproduction Théâtre de Caen, espace Jean Legendre / Compiègne, Le Parvis – scène nationale / Tarbes-Pyrénées, le Théâtre – scène nationale / Mâcon-Val de Saône, Tandem – scène nationale / Arras-Douai, Théâtre Forum Meyrin / Genève, Le Moulin du Roc – scène nationale / Niort, Cercle des partenaires des Bouffes du Nord. Action financée par la Région Île-de-France. Avec l’aide d’Arcadi Île-de-France.
Avec la participation artistique du Jeune théâtre national. Construction des décors Ateliers du Moulin du Roc– scène nationale / Niort.

Rejoignez l'événement sur Facebook
  • Traviata - J. Chemla / B. Lazar / F. Hubert
  • Traviata© Pascal Gély
  • Judith Chemla© Julie Moulier
  • Traviata© Pascal Victor artcomart
  • Traviata© Pascal Gély
  • Florent Hubert© D. R.
  • Benjamin Lazar© Nathaniel Baruch

Conception Benjamin Lazar, Florent Hubert et Judith Chemla
Mise en scène Benjamin Lazar
Arrangements et direction musicale Florent Hubert et Paul Escobar

D'après La Traviata de Giuseppe Verdi

Avec

Le médecin Grenvil et autres rôles Florent Baffi 
Alfredo Germont Damien Bigourdan 
Giorgio Germont Jérôme Billy
Flora Bervoix et Anina Elise Chauvin 
Violetta Valéry Judith Chemla 
Cor et le baron Douphol Benjamin Locher 
Flûte Renaud Charles 
Clarinette Axelle Ciofolo 
Violoncelle Myrtille Hetzel 
Contrebasse Bruno Le Bris 
Accordéon Gabriel Levasseur 
Trombone Sébastien Llado 
Violon Marie Salvat

Direction musicale Florent Hubert
Arrangements Florent Hubert et Paul Escobar
Chef de chant Alphonse Cemin
Scénographie Adeline Caron
Costumes Julia Brochier 
Lumières Maël Iger
Maquillages et coiffures Mathilde Benmoussa
Assistante à la mise en scène Juliette Séjourné
Assistants à la scénographie Nicolas Brias et Fanny Commaret

En français et italien, parlé et chanté

Si un livre doit être la hache qui brise en nous la mer gelée, comme le dit Kafka, La Traviata et la puissante force humaine de Violetta viennent faire craquer violemment tout ce qui aurait enseveli cette hâte et cette appétence à vivre effrontément - à se consumer sans filtre - à être livré au feu de l'expérience et aux sentiments brutaux qui secouent le cœur quand l'amour naît, et que la mort rôde.
Ce parfum de vie entêtant, exacerbé par la perte certaine et les gouffres d'abandon où doit s'abîmer cette femme ; la beauté inexorable de la musique par laquelle la grâce se révèle dans la souillure même, cet endroit exact, ce destin, cette vibration, je les reconnais. J’entrevois aujourd'hui avec une joie infinie que le temps est venu, que le premier coup a été lancé, que la glace se brise, que l'océan est vaste et que notre navire bénéficie d'une parfaite et alchimique concordance de par chaque membre de son équipage. En un mot, j'y crois dur comme le fer de la hache. Comme Violetta succombe avec une foi intacte.
Ritorno a viver, o gioia!

Judith Chemla

Benjamin Lazar

Metteur en scène et comédien, Benjamin Lazar lie la musique et le théâtre depuis ses premiers spectacles. En 2004, sa mise en scène du Bourgeois Gentilhomme, dans la production du Poème Harmonique, incluant tous les intermèdes et ballets de Lully, rencontre un très grand succès public et critique. La même année il fonde sa compagnie Le Théâtre de l'incrédule. Il y crée notamment L'Autre Monde ou les États et Empires de la Lune d'après Cyrano de Bergerac donné au Théâtre de l'Athénée en 2008 et 2013, Les Amours tragiques de Pyrame et Thisbé de Théophile de Viau, Les Caractères de La Bruyère, Fables d'après La Fontaine, Feu d'après Pascal, Visions d'après Quevedo, Comment Wang-Fô fut sauvé de Marguerite Yourcenar
Artiste associé de 2010 à 2013 à la scène nationale de Quimper, il y a créé notamment en 2010 l'opéra Cachafaz (Copi/Strasnoy) et, en 2013, Pantagruel, avec Olivier Martin-Salvan. En dehors de ses créations au sein du Théâtre de l'incrédule, Benjamin Lazar se consacre également à la mise en scène d'opéra. Il a été invité dans des lieux comme l'Opéra-Comique, le Théâtre des Champs-Élysées, le Théâtre de Caen, le Théâtre des Arts, l'Opéra de Saint-Étienne, l'Opéra de Rennes, le Grand Théâtre du Luxembourg, le Grand Théâtre d'Aix-en-Provence ou le Badisches Theater à Karlsruhe. Il a collaboré, entre autres ensembles, avec le Poème Harmonique, les Arts Florissants, Les Musiciens du Louvre, les Cris de Paris et le Balcon. Ses réalisations vont de l'opéra baroque à la musique contemporaine : La Vita humana de Marazzoli, Cadmus et Hermione de Lully, Il Sant’Alessio de Landi, Egisto de Cavalli, Cendrillon de Massenet, Cachafaz de Strasnoy, Ariane à Naxos de Strauss, Riccardo Primo de Haendel.
En juin 2015, il crée Le Dibbouk d'An-ski au Printemps des Comédiens.

Judith Chemla

Elle étudie le théâtre au Conservatoire national supérieur d'art dramatique et le chant lyrique aux conservatoires régionaux d’Aubervilliers et de Bourg–la-Reine. Dès l'âge de 17 ans, elle enchaîne les expériences, sur scène, où elle joue La Tempête de Shakespeare, Le Nom de Jon Fosse, Soirée de gala adapté de Tchekhov par Roger Planchon...
Au cinéma, elle intègre la bande d'ados branchés de Hellphone de James Huth (2006), les troupes drolatiques de Faut Qu'ça Danse de Noémie Lvovsky (2007) et de Musée Haut, Musée Bas de Jean-Michel Ribes (2008), Pierre Schoeller lui offre un premier rôle remarqué, celui de la jeune mère larguée de l'intense et humaniste Versailles (2008) face à Guillaume Depardieu. Elle intègre la Comédie Française à sa sortie du conservatoire en 2007 où elle travaillera un an et demi. Elle joue le maître de maison Molière tout comme Corneille, Hanokh Levin, Ödön von Horvath et Eduardo de Filippo. Elle défend en parallèle une poignée de courts-métrages, du Petit Chaperon Rouge de Shinji Aoyama à Fuir de Virginia Bach (2008-2012).

Florent Hubert

Des études d’écriture, d’orchestration et de musicologie ont complété sa formation de musicien de jazz. Il est un des fondateurs du Nagual Orchestra qui se produit dans plusieurs festivals et obtient le premier prix des Trophées du Sunside en 2009. Il rencontre ensuite Samuel Achache et Jeanne Candel avec qui il crée Le Cocodile Trompeur comme musical, comédien et musicien. Ce spectacle, libre adaptation de Didon et Enée de Purcell, obtient le Molière du meilleur spectacle musical en 2014.
Il est comédien et musicien dans Le Goût du faux, spectacle co-écrit et mis en scène par Jeanne Candel dans le cadre du festival d’Automne et qui sera en tournée au printemps 2016. Il joue dans Fugue, spectacle musical co-écrit sous la direction de Samuel Achache et produit par la Comédie de Valence, créé au cloître des Célestins dans le IN du festival d’Avignon et en tournée en 2016. Avec Jeanne Candel et Samuel Achache, il prépare en tant que directeur musical et arrangeur une nouvelle création autour de L’Orfeo de Monteverdi qui sera créée en janvier 2017.