Théâtre musical

La Framboise Frivole fête son centenaire

samedi 15 décembre à 21:00

Ajouter l'événement à mon agenda

Réserver
Salle Jean Vilar
1h25
Dès 10 ans

Depuis cent ans (si, si), La Framboise Frivole met en musique les liens imaginaires inexistants entre le chat de la mère Michel et l’oeuvre de Salieri, entre les Jarre de Maurice et les mers de Trenet et Debussy…

Avec cette fois Léonard de Vinci pour chef d’orchestre, elle vous fait découvrir musicalement l’influence des inventions de ce génie de la Renaissance sur les oeuvres maîtresses des plus grands compositeurs. À l’instar d’Einstein pressentant l’existence des ondes gravitationnelles avérées un siècle plus tard, La Framboise Frivole explore et met en lumière les trous noirs de la musique tout en transcendant les barrières du temps et des genres. Vous verrez, dans cent ans, on pourra prouver la véracité de leurs révélations visionnaires d’antan ! Quand Peter et Bart mettent leur casquette de Framboise Frivole, ils deviennent les jouets d’une alchimie imprévisible et d’une fusion musicologique anachronique. C’est de leur vivant qu’ils ont souhaité fêter cet anniversaire et ils reviennent pour le fêter avec vous. Alors, à vos partitions !

Conception et interprétation Peter Hens et Bart Van Caenegem

Une tournée de Panache Diffusion en accord avec OPUS II. Coproduction Polyfolies. Spectacle créé en juillet 2016 au Théâtre du Balcon / Avignon.

Rejoignez l'événement sur Facebook
  • La Framboise Frivole (c) DannyGys
  • La Framboise Frivole
  • La Framboise Frivole(c) DannyGys

Voix et violoncelle Peter Hens
Piano Bart Van Caenegem
Avec la complicité artistique de Jean-Louis Rassinfosse

Peter Hens
Certains le disent génie musical, d’autres le disent chanteur virtuose, violoncelliste, acteur incomparable et sans égal sur la terre, une véritable incarnation divine…Lui-même se définit comme « chanteur-violoncelliste ».
Après des études de chant lyrique, opéra, violoncelle et pédagogie musicale au Conservatoire Royal d’Anvers, de musique de jazz au Conservatoire Supérieur de Rotterdam, Peter Hens commence une carrière internationale au sein de ses différents groupes aux styles très variés.
Peter Hens enseigna le chant, le close harmony, l’analyse et l’interprétation au Conservatoire de Rotterdam, au Hoger Instituut voor Dramatische Kunst à Anvers et au Conservatoire Supérieur de Gand. Il fut invité à diriger les chorales réputées d’Europe.
Il crée la Framboise Frivole en 1978.
Véritable alchimie qui mélange allègrement, avec une bonne dose d’humour, les musiques classiques, jazz et variétés. Ce projet devient une référence dans le paysage humoristico-musical.
De nombreux prix internationaux récompensent ce duo (entre autres, le Prix du Sourire en 1994 et le Grand Prix Raymond Devos en 1998), des nominations aux Molières, le prix ADAC du meilleur humoriste belge pendant une période de dix ans au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles…
Le succès énorme remporté par les innombrables concerts à travers toute l’Europe l’amène à se concentrer sur cette Framboise Frivole et à créer, avec cette formule, de nombreux spectacles tant en anglais, en allemand, en italien, en néerlandais qu’en français.
D’une résistance physique hors du commun, doté d’un organe impressionnant, Peter Hens, après avoir épuisé de nombreux pianistes, a trouvé en la personne de Bart Van Caeneghem un comparse ultra-musical, ultra-humoristique et ultra-résistant.
Son sens inné de l’autodérision a un impact direct sur ceux qui aiment rire de tout aussi bien que d’eux-mêmes.

Bart Van Caenegem
Né à Gand en 1975, dès ses premiers pas il baigne dans l'influence musicale qui règne à la maison paternelle. Cela le conduit à de multiples expériences au piano. Il prend ses premiers cours à l'âge de 6 ans. Peu après, il accompagne ses amis d'école à l'orgue lors de leur première communion ; de fait, ce sera son premier récital en public.
En 1993, il est le premier lauréat du concours musical « Pro Civitate ».
En 1999, il termine brillamment ses études musicales à l’Institut Lemmens de Louvain aussi bien dans le domaine classique que dans celui du jazz, respectivement avec Jan Vermeulen et Ron Van Rossum comme professeurs.
Le diplôme sous le bras, il entame sa vie professionnelle comme professeur de jazz-solfège, de piano et d’improvisation au Collège des Arts à Anvers, à la Haute-Ecole de Musique à Gand et, depuis 2004, au LUCA School of Arts de Louvain.
Comme pianiste freelance, il joue en compagnie de nombreux solistes de jazz (Frank Vaganée, Chris Joris, Dre Pallemaerts, Kurt Van Herck…) et classiques (Iris Luypaers, Bart Quartier) ainsi qu’avec des orchestres belges : le Brussels Philharmonic, Orchestra Tanguedia et le Brussels Jazz Orchestra.
Depuis juillet 2001, il participe à l’aventure de la Framboise Frivole aux côtés de Peter Hens.
Il a notamment participé à l’écriture des spectacles « Pomposo »(2002), « Con Voce Suave »(2005) et « Terra Rare »(2010) pour la Flandre et « Pomposo »(2003), « Furioso »(2007) et « Delicatissimo »(2012) pour la Francophonie.

Le duo belge survitaminé de la Framboise Frivole n'a pas pris une ride et déride sans faillir. On peut compter sur eux pour détraquer les rouages du temps avec humour, et marier les genres musicaux avec talent, humour et sagacité. 
A. Pecqueur, La Terrasse, 26 juin 2016

Revoir les deux complices de la Framboise Frivole c'est comme retrouver de vieux amis. Voilà 20 ans que leurs aventures musicales enchantent nos oreilles et oxygènent nos zygomatiques. Classique, standards da la pop, comédies musicales et variété, tout y passe, revisité avec virtuosité et humour".
La Petite Revue – Chroniques d'Avignon – Episode 5, 9 juillet 2016

Les deux comparses qui incarnent la Framboise Frivole n'ont rien perdu de leur vitalité comique, de leur virtuosité musicale, de leur humour impertinent.
Il faut bien constater que ni Peter ni Bart ne laissent personne souffler tant le rythme du spectacle est vertigineux.
Peter Hens et Bart Caenegem font la paire. Ils jouent, chantent, gesticulent, racontent, trouvant rapidement une complicité avec le public très proche de leur propre complicité. Leur présence est sans faille. Leur talent partagé. Leur démarche déridante.
Michel Voiturier, Rue du Théâtre, 15 juillet 2016