Salle Jean Vilar
Tarif A
1h
Dès 6 ans

Chorégraphie Mickaël Le Mer

En 2017, Mickaël Le Mer présentait Rouge à Suresnes avec une équipe de danseurs masculins. Ce complice du festival Suresnes Cités Danse revient aujourd’hui avec Vivantes, nouvelle variation autour de la couleur rouge, cette fois-ci avec une distribution exclusivement féminine.

Artiste de renommée internationale, Mickaël Le Mer développe une écriture singulière à la croisée de la danse hip hop et de la danse contemporaine. Avec Rouge, le chorégraphe signait un impressionnant spectacle avec sept danseurs de breakdance virtuoses. Toujours inspiré par cette couleur incandescente, Mickaël Le Mer revisite l’imaginaire de cette précédente pièce, cette fois-ci avec une équipe de huit danseuses issues du hip hop. Mickaël Le Mer déclarait à l’époque « Si la danse hip hop était une couleur, elle serait rouge ». Nuance ambivalente, le rouge symbolise la révolte, l’excitation, la passion et tout ce qui a trait au vivant. Aujourd’hui, cette nouvelle distribution permet au chorégraphe d’explorer d’autres configurations et variations avec et à travers ces nouveaux corps.

Avec Jeanne Azoulay, Juliette Bolzer, Fanny Bouddavong, Alizée Brule, Clara Duflo, Lise Dusuel, Idoia Rodriguez, Agnès Sales Martin

Regard extérieur Nicolas Tallec, Laurent Brethome, Création lumière Nicolas Tallec, Composition originale David Charrier, Costumes Élodie Gaillard

Production déléguée Compagnie S’Poart. Coproduction Conseil département des Vosges, Théâtre Les Gémeaux – Scène nationale / Sceaux, Théâtre Edwige Feuillère – Scène conventionnée d’intérêt national / Vesoul. Avec le soutien de DRAC – Pays de la Loire, Région des Pays de la Loire, Ville de La Roche-sur-Yon et de la SPEDIDAM.

 

Mickaël Le Mer

Né en 1977, Mickaël Le Mer découvre le hip hop au début des années 90. Il se forme avant tout au sein de l’aventure collective de la Compagnie S’Poart dès 1996. C’est dans ce contexte collectif que Mickaël Le Mer fait son premier essai en tant que chorégraphe et c’est avec In Vivo en 2007, qu’il inaugure et assume une écriture exigeante qui prend appui sur l’expérience personnelle des danseurs. Le résultat est marqué d’une sensibilité à la fois poétique et urbaine, tout en développant une grande maîtrise de l’espace scénique, et de toutes les composantes du spectacle (lumière, scénographie, musique …). Suite à ce succès, Mickaël, chorégraphe de la compagnie fut invité par l’Institut Français à créer une pièce dans le cadre de l’année croisée France-Russie en 2010. Cette demande aboutira la création de la pièce franco-russe Na Grani, une création pour dix danseurs et danseuses russes et français, issus du hip-hop et de la danse contemporaine. Na Grani fut jouée pour la première fois lors de la Biennale de la Danse de Lyon en 2010.

Après avoir été artiste associé au Grand R – Scène nationale de La Roche-sur-Yon, au Trident – Scène nationale de Cherbourg et Village en Scène, Mickaël Le Mer est artiste associé pour 3 ans avec Les Gémeaux, à Sceaux ainsi qu’au Conseil départemental des Vosges. Mickael Le Mer s’implique sur un travail de territoire au côté de Séverine Bouisset, directrice de la Scène nationale Les Gémeaux qui soutient le chorégraphe et lui apporte son soutien notamment sur l’accueil en résidence.

En 2012, vient Instable, Rock It Daddy en 2013, Rouge en 2014, le trio Traces en 2015, Crossover en 2017 et Butterfly en 2019. En 2020, sort Versus suivi en 2021 de Me Myself and I et Rage, the Flower Thrower. En 2022, Mickaël crée Les Yeux Fermés…

Mickaël Le Mer confirme, avec ses dernières créations, un talent déjà pressenti, porté par une écriture hip hop tout en finesse, en lignes déliées, où chaque figure de break est déjà un monde en soi. Il a su créer une danse urbaine, libérée de ses passages obligés. Le résultat est une chorégraphie subtilement homogène, ouverte sur des écritures aux origines diverses, à la fois poétique et sensible avec une grande attention à l’espace scénique, qui enrichissent une gestuelle tonique avec la liberté de l’inscrire dans une démarche d’abstraction. Cet enjeu d’ouverture est au cœur du travail de
Mickaël Le Mer : prendre le risque d’aller vers l’autre, établir le contact. Avec sincérité et générosité, Mickaël Le Mer se donne la liberté de transformer la danse hip-hop.