Salle Aéroplane
Tarif B
45 min
Dès 8 ans
Création

In Between – Chorégraphie et interprétation Ingrid Estarque

Kháos – Chorégraphie Sarah Adjou

In Between 

Quand l’énergie du krump rencontre la transe des derviches tourneurs, le résul­tat est tout simplement… vertigineux !

Ingrid Estarque explore la cyclicité de la nature et, au coeur du « tourbillon de la vie », les frontières entre réel et illusion.
Sa chorégraphie organique emprunte aux tournoiements virtuoses de la danse soufie, voie d’accès privilégiée à l’ivresse mystique, comme aux fulgurances ges­tuelles des krumpeurs. Dans un savant déséquilibre, la danseuse se tient juste in between.
On se laisse entraîner à sa suite, au son de mantras indiens mixés à la musique contemporaine. Viscéral et magique.

 

Kháos

Cette création de la jeune chorégraphe Sarah Adjou mêle à l’énergie du hip hop une ligne narrative qui interroge les origines et notre nature humaine.

La compagnie Yasaman, créée en 2018 par Sarah Adjou a beau être récente, elle a déjà été adoubée par Mourad Merzouki, « immédiatement séduit par le travail de cette jeune chorégraphe qui mêle avec habileté la danse hip hop et contemporaine ».

Dans Kháos, œuvre lauréate du concours Sobanova 2019, la jeune artiste trace la quête identitaire de cinq individus qui se cherchent pour trouver leur propre nature. Si la pièce fait cohabiter différents styles de danses et de musiques, si elle décortique le langage corporel du quotidien, elle est aussi intense que le feu, cette matière organique en constante mutation, à l’instar du chaos précédant l’origine du monde.

Autour du spectacle

Maison de quartier des Sorbiers

Venez voir l'exposition Suresnes cités danse dans les Maisons de quartier (Sorbiers, Chênes, Gambetta) du samedi 4 décembre au dimanche 13 février.
Le vernissage aura lieu le samedi 4 décembre à 15h à la Maison de quartier des Chênes.

Exposition Suresnes cités danse dans les Maisons de quartier

Venez voir l'exposition Suresnes cités danse dans les Maisons de quartier (Sorbiers, Chênes, Gambetta) du samedi 4 décembre au dimanche 13 février.
Le vernissage aura lieu le samedi 4 décembre à 15h à la Maison de quartier des Chênes.

Médiathèque

Venez voir l'exposition Suresnes cités danse à la Médiathèque Centre et à la Poterie du samedi 18 décembre au lundi 24 janvier.
Entrée libre.

Médiathèque Centre > 5 Rue Ledru Rollin, 92150 Suresnes
Médiathèque Poterie > 10 Allée Jean Baptiste Lully, 92150 Suresnes

Exposition Suresnes cités danse à la Médiathèque

Venez voir l'exposition Suresnes cités danse à la Médiathèque Centre et à la Poterie du samedi 18 décembre au lundi 24 janvier.
Entrée libre.

Médiathèque Centre > 5 Rue Ledru Rollin, 92150 Suresnes
Médiathèque Poterie > 10 Allée Jean Baptiste Lully, 92150 Suresnes

Lil Buck Real Swan
En partenariat avec Le Capitole
Cinéma Le Capitole
1h30

Dans le cadre des 30 ans du festival Suresnes cités danse, Olivier Meyer, fondateur et directeur artistique du Festival introduira la projection du documentaire Lil' Buck : Real Swan.

Lil’ Buck, jeune prodige de la street dance de Memphis baptisée « jookin’ » est rapidement devenu l’un des meilleurs danseurs de la ville avant de décider de prendre des cours de ballet.
De cette alchimie va naître un mythe, celui d’un virtuose défiant la gravité, réconciliant deux styles et s’imposant comme une référence pour des artistes comme Yo-Yo Ma, Benjamin Millepied, Spike Jonze ou encore Madonna.

Réservation directement sur le site internet du Cinéma Le Capitole

Inscription

Séance Carte Blanche

En partenariat avec Le Capitole

Dans le cadre des 30 ans du festival Suresnes cités danse, Olivier Meyer, fondateur et directeur artistique du Festival introduira la projection du documentaire Lil' Buck : Real Swan.

Lil’ Buck, jeune prodige de la street dance de Memphis baptisée « jookin’ » est rapidement devenu l’un des meilleurs danseurs de la ville avant de décider de prendre des cours de ballet.
De cette alchimie va naître un mythe, celui d’un virtuose défiant la gravité, réconciliant deux styles et s’imposant comme une référence pour des artistes comme Yo-Yo Ma, Benjamin Millepied, Spike Jonze ou encore Madonna.

Réservation directement sur le site internet du Cinéma Le Capitole

Assistante chorégraphe Fanny Rouyé
Dramaturgie Valentine Losseau
Création lumières Erika Sauerbronn, Elsa Revol
Dispositif scénique Benjamin Lebreton

Chorégraphie Sarah Adjou
Dramaturgie Xuân-Lan Bui Khac
Avec Sarah Adjou, Sébastien Campagne, Kevin Franc, Gaël Grzeskowiak, Aurore Mettray
Conception musicale Grégoire Durrande, Simon Drouhin, Lina Pamart, Emmanuel Leclerc

Coproduction Théâtre de Suresnes Jean Vilar / festival Suresnes cités danse 2021, Visage du Monde. Soutien Cités danse connexions, CENTQUATRE-PARIS, Centre national de la danse. Résidence Théâtre de Suresnes Jean Vilar, Lafilière CFPTS. Remerciement à la Compagnie 14:20 pour ses précieux conseils.

Production Pôle en Scènes
Coproduction Centre Chorégraphique National de Créteil et du
Avec le soutien de Val-de-Marne / Cie Käfig – Dir. Mourad Merzouki La Caisse des Dépôts et Consignations, École Normale Supérieure de Paris, Fabrique de la Danse, Label Passerelles

Sarah Adjou

Depuis 2013, Sarah Adjou se forme en participant aux workshops de compagnies comme Batsheva et L.E.V (Israël), New Dialect (États-Unis), Ultima Vez et Pepping Tom (Belgique), Akram Khan (Angleterre) et compagnie du Hanneton (France).

En 2015, elle est danseuse principale et assistante chorégraphe dans la pièce L’Antigonie d’Aline Derderian (compagnie Consensus), présentée à Londres et à Erevan.

Elle est chorégraphe et danseuse pour des court-métrages indépendants dont Tights d’Alice Boucherie. En 2018, elle intègre la compagnie Tango Unione pour la pièce

Shortcut en cours de création. Sarah Adjou commence son travail de chorégraphe en 2016 avec son solo Introspection, suivi de deux trios, Genèse d’Eve et Exhibition. Elle crée la compagnie Yasaman en 2018.

 

Xuân-Lan Bui Khac

Pratiquant la danse classique et le piano, Xuân-Lan Bui Khac oriente ses études vers les lettres et la théorie des arts. En 2014, elle intègre l’École Normale Supérieure de Paris et obtient, en 2017, un master de philosophie suite à un mémoire de recherche

sur L’expérience du sublime dans l’écoute de la musique contemporaine.

Sa collaboration avec Sarah Adjou débute en 2017 au cours de travaux de recherche sur le mouvement. Elle intègre la compagnie Yasaman en 2018 en tant que dramaturge.

En 2019, elle commence une thèse de doctorat en esthétique sur la danse et l’art abstrait : Lignes, courbes et mouvement : la danse entre abstraction et représentation. Son corpus porte sur les travaux de Yasaman, de la Dresden-Frankfurt Dance Company et la technique Gaga.

Ingrid Estarque

Ingrid Estarque est une artiste polyvalente. Formée aux danses hip-hop et contemporaine, elle se dirige également vers le théâtre, la Magie Nouvelle et les arts visuels, qui lui offrent d’autres clés pour approfondir sa pratique artistique et créative.
Elle collabore avec des chorégraphes aux aux univers très différents : Cie Rualité de l’Opéra de Paris, DeLaVallet Bidiefono (compagnie Baninga), Clément Debailleul et Raphaël Navarro (compagnie 14 :20), David Douard (compagnie David Drouard), Eric Minh Coung Castaing (compagnie Shonen), Georges Momboye (compagnie Georges Momboye), D’kabal (compagnie Riposte), François Lamargot (compagnie XXe Tribu), Ibrahim Sissoko et Tip Goyi Tangale (compagnies Ethadam et Hamalian’s) ou encore les metteurs en scène David Lescot et Sara Llorca…

Outre son parcours dans l’univers chorégraphique, Ingrid Estarque est une artiste visuelle qui développe des projets ciné-chorégraphique, des installations et des projets d’expositions.

Depuis 2002, on la retrouve sur des workshops où elle enseigne des techniques d’improvisations et d’expressions scéniques. Praticienne en danse mouvement thérapie, elle multiplie les projets de sensibilisation et les ateliers pédagogiques d’animation socio-culturel. Titulaire d’un MBA Manager Culturel à EAC elle organise également des ateliers théoriques destiner aux jeunes chorégraphes et interprètes..