Salle Aéroplane
Tarif B
1h15 avec entracte
Dès 7 ans

Direction artistique et chorégraphie Fouad Boussouf

Dans Corde s et Âme, Fouad Boussouf raconte la danse et l’intensité des danseurs Mwendwa Marchand et Sami Blond dans deux duos vibrants où il décloisonne les arts, pour mieux révéler par les mots, le son et les corps, la force de leur danse.

Dans Corde s, Mwendwa Marchand investit un plateau habité par une forêt éparse de cordes, puis elle démarre une conversation dansée avec le musicien et conteur Mohanad Aljaramani. Le son du Oud, envoutant, emplit l’espace. La corde, qui enserre, qui contraint mais aussi qui sauve devient le symbole de ce dialogue.

Sami Blond est la figure captivante du duo Âme, une pièce en forme de portrait chorégraphique. Mathieu Morelle, complice de longue date, à ses côtés sur le plateau, manifeste par sa présence toute la dualité du jeu du danseur : puissance et délicatesse.

CORDE S
Avec Mwendwa Marchand
Musicien, conteur et composition Mohanad Aljaramani
Textes et dramaturgie Mona El Yafi
Arrangements sonores Marion Castor
Scénographie Fouad Boussouf
Création lumière Nicolas Faucheux

ÂME
Avec Sami Blond et Mathieu Morelle
Dramaturgie Mona El Yafi
Arrangements sonores Marion Castor
Création lumière Nicolas Faucheux

Production Le Phare – CCN du Havre Normandie. CORDE S : Coproduction Le Volcan – Scène nationale du Havre, Maison de la musique de Nanterre – Scène conventionnée d’intérêt national. Avec l’aimable collaboration du C.E.M du Havre. ÂME : Coproduction Maison de la musique de Nanterre – Scène conventionnée d’intérêt national. Le Phare – CCN du Havre Normandie est subventionné par le Ministère de la Culture – DRAC Normandie, la Région Normandie et la Ville du Havre. Fouad Boussouf est artiste associé à la Maison de la danse de Lyon, à Equinoxe – Scène nationale de Châteauroux et à la Maison de la musique de Nanterre – Scène conventionnée d’intérêt national.

 

 

Le spectacle OÜM s’ouvre sur un solo de la danseuse Mwendwa Marchand, de dos, avec un rideau de fil en fond, accompagnée par le musicien Mohanad Aljaramani. La rencontre entre cette danseuse, ce musicien et ces fils suspendus a fait naître en Fouad Boussouf le désir de pousser plus loin ce rapport entre danse, musique et verticalité.
La corde s’est imposée comme l’élément à la fois concret et symbolique de cette nouvelle création. La corde relie le haut et le bas, elle fait lien entre les lieux et les êtres mais elle contraint, elle sauve et elle peut tuer. Elle est aussi ce que l’on noue, nœuds de marin notamment, Le Havre étant une source d’inspiration majeure pour cette pièce. Elle est enfin, ce qui vibre. Corde du musicien, corde de la lyre, corde du oud.
Les figures d’Orphée et d’Eurydice sont alors entrées dans la danse. Orphée, ce musicien enchanteur qui a fait rajouter deux cordes à sa lyre et qui par la beauté de son jeu faisait se déplacer des forêts et plier les dieux des enfers. Eurydice, qui par la morsure d’un serpent – corde encore – se retrouve bien trop tôt au royaume des morts.
Figures en filigrane de cette pièce on les croisera, on les perdra, cette pièce n’étant jamais narrative.

Un danseur à l’énergie puissante, un fauve qui ne s’économise dans aucun de ces mouvements, qui danse comme si le sol était toujours en bitume et que le temps était toujours compté. Un danseur à la sensibilité exacerbée, comme déjà fissuré, comme toujours pris de douceur et de poésie. Ces deux danseurs sont le même, et il/ils viendra/viendront explorer cette dualité dans le solo écrit par Fouad Boussouf pour Sami Blond accompagné d’un.e musicien.ne.