Salle Jean Vilar
Tarif B
2h
Dès 12 ans

D’après Théophile Gautier
Mise en scène Jean-Christophe Hembert
Adaptation Jean-Christophe Hembert, Loïc Varraut

Tout abandonner pour devenir comé­dien. Et par là, réenchanter un monde hostile. En s’inspirant du célèbre Capitaine Fracasse de Théophile Gautier, Jean-Christophe Hembert met en scène un roman de cape et d’épée redoutable de fantaisie et d’intelligence.

Un baron désargenté vit retiré dans un manoir en ruine. Un jour, une troupe d’ac­teurs égarés lui demande asile pour la nuit. Son destin bascule. Il tombe amou­reux d’une jeune comédienne et décide de tout quitter pour prendre la route aux côtés de la troupe. Il découvre alors son identité profonde en devenant le Capitaine Fracasse, sorte de super-héros noble et grotesque. De coups de théâtre en rivalités amoureuses, nous voilà partis à la découverte d’une époque de crève-la-faim magnifiques, durant laquelle les artistes luttaient (déjà) contre la cruauté des hommes avec pour armes le panache et l’éloquence.

Théophile Gautier consacra trente ans de sa vie à l’écriture de Capitaine Fracasse. On y retrouve à la fois la gaieté roman­tique d’un talentueux débutant et la mélancolie d’un homme sans illusions. Un paradoxe qui a séduit Jean-Christophe Hembert. « Ce Fracasse, bouillonnant d’inattendu et d’enchantement me donne envie de recréer, de réinventer ce genre de spectacle épique, populaire, exigeant et généreux. » Initialement publié sous forme de feuilleton, le sus­pens ne faiblit jamais jusqu’au rebondis­sement final.

Une véritable déclaration d’amour au théâtre, à l’aventure et au pouvoir du verbe !

La presse en parle
  • Magistralement adapté par Jean-Christophe Hembert, le roman de Théophile Gautier entraîne les spectateurs dans son tumulte romantique. Une version qui a le souffle épique d’un western et qui met en valeur les jeux et les mots de l’écrivain.

    > lire l’article en entier

  • Et vous auriez bien des raisons d’aller voir ce spectacle épique, emporté par une langue fleurie et pas si surannée que ça et par des comédiens parfaits.
    Ce Fracasse emprunte aux codes du théâtre classique, les costumes masculins y sont splendides, le verbe de Gautier respecté, les bandits ont de l’esprit et le sens de l’honneur. Quant aux comédiens, c’est une joie d’en retrouver certains que les amateurs de Kaamelott auront reconnu.

  • Le réalisateur de Kaamelott n’y va pas par quatre chemins pour dépoussiérer le dernier romain de Théophile Gautier. Privilégiant les clairs obscurs, magnifiquement imaginés par Seymour Laval, il invite à une ronde folle, rythmée par des sons pops rocks.

Autour du spectacle

Salle Jean Vilar
Gratuit

A l’issue de la représentation de Fracasse vendredi 24 septembre, nous vous proposons de rencontrer l’équipe artistique qui  répondra à vos questions lors d’un échange convivial en bord de scène, dans la salle Jean Vilar. La navette pour Paris attendra les spectateurs qui souhaitent assister à cette rencontre.
Bord de scène sous réserve de modification.

Bord de scène

A l’issue de la représentation de Fracasse vendredi 24 septembre, nous vous proposons de rencontrer l’équipe artistique qui  répondra à vos questions lors d’un échange convivial en bord de scène, dans la salle Jean Vilar. La navette pour Paris attendra les spectateurs qui souhaitent assister à cette rencontre.
Bord de scène sous réserve de modification.

A star is born
En partenariat avec Le Capitole
Cinéma Le Capitole
2h06

Le Théâtre de Suresnes et le cinéma Le Capitole vous propose une séance "Carte Blanche" à Jean-Christophe Hembert, metteur en scène de Fracasse.

L'artiste introduira la séance et vous dira en quoi le film a pu inspirer sa mise en scène.

Réservation obligatoire auprès du cinéma Le Capitole.

Séance Carte Blanche

En partenariat avec Le Capitole

Le Théâtre de Suresnes et le cinéma Le Capitole vous propose une séance "Carte Blanche" à Jean-Christophe Hembert, metteur en scène de Fracasse.

L'artiste introduira la séance et vous dira en quoi le film a pu inspirer sa mise en scène.

Réservation obligatoire auprès du cinéma Le Capitole.

Avec Bruno Bayeux Matamore, Duc de Vallombreuse, Jean-Alexandre Blanchet Marquis de Bruyères, François Caron Hérode, Jacques Chambon Pierre, Chirriguirri, Caroline Cons Marquise de Bruyères, Thomas Cousseau Baron de Sigognac, Aurélia Dury Isabelle, Eddy Letexier Lampourde, Yasmina Remil Zerbine, Luc Tremblais Blazius, Loïc Varraut Léandre


Collaboration artistique Aurélia Dury, Loïc Varraut
Assistante mise en scène Sarah Chovelon
Décor Fanny Gamet, Jean-Christophe Hembert, Seymour Laval
 Accessoires et peintures Fanny Gamet
Costumes Mina Ly
Lumières Seymour Laval
Musique et création son Clément Mirguet
Masques, maquillage, coiffures cile Kretschmar et Nathy Polak
Construction décor Robert Goulier

Production Roma Production. Coproduction Théâtre de Suresnes Jean Vilar, Les Châteaux de la Drôme, Théâtre de Carouge / Genève, Les Célestins – Théâtre de Lyon, L’Espace des Arts – Scène nationale de Chalon-sur-Saône, Le Volcan – Scène nationale / Havre, Châteauvallon-Liberté – Scène natio­nale ; Scènes et Cinés – Scène conventionnée Art en territoire – Territoire Istres Ouest Provence. Avec le soutien de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Création octobre 2020 à l’Espace des Arts – Scène nationale de Châlon-sur-Saône. La Rosée Cosmétique et Patrice Mulato sont partenaires de ce spectacle.

Théophile Gautier, auteur

Né à Tarbes en 1811, Théophile Gautier s’installe à Paris dès l’âge de 3 ans. Malgré son jeune âge, il éprouve déjà une forte nostalgie et s’acclimate difficilement à son environnement urbain. Robinson Crusoé et la découverte du théâtre, ses deux premières grandes passions, accompagnent très tôt ses rêves de voyages et d’aventure.
En 1827, Victor Hugo publie la préface de Cromwell. Ce premier grand manifeste romantique, rompant violemment avec les dogmes esthétiques classiques, est pour Gautier une révélation. De ses propres mots, cette préface « rayonne à ses yeux comme les tables de la loi sur le Sinaï ». Gautier restera toute sa vie un admirateur farouche des œuvres de Victor Hugo, comme de celles de Goethe, de Shakespeare et de Dante.
D’abord poète, Gautier officie ensuite comme journaliste et critique d’art. Il écrit pour toutes les revues où il est alors possible d’écrire, tout en continuant sa production de romans, de poésie et de théâtre. Il gardera de son expérience de journaliste une écriture souple, impeccable, brillante, et le goût du feuilletonnant.
C’est en décembre 1861 que Le Capitaine Fracasse commence à être publié, sous forme de feuilleton, à La Revue Nationale. Il y paraîtra jusqu’en juin 1863.
Dans ce laps de temps, Gautier aura été élu Président de la Société Nationale des Beaux-Arts, en 1862. Il meurt en 1872.
Ne s’étant jamais livré, à la manière de certains romantiques, sur ce qui l’habitait intimement, l’œuvre de Théophile Gautier, sous ses apparences aimables, laisse sans doute imaginer un désespoir plus profond. Il estimait lui-même que « la bouffonnerie et la mélancolie noire » constituaient ses deux originalités essentielles.

Jean-Christophe Hembert, adaptation, mise en scène et décor

Metteur en scène, Jean-Christophe Hembert se forme en travaillant et collaborant très jeune et pendant plusieurs années auprès des grands metteurs en scènes du théâtre subventionné : Jean Lambert-Wild, Bruno Boëglin, Laurent Pelly et Roger Planchon.
Il met en scène dans le même temps Barbe bleue de Georg Trackl, La conquête du Pôle Sud de Manfred Karge, Timon d’Athènes de Shakespeare, ainsi que Mardi et Jackets d’Edward Bond, avec lequel il entretient un dialogue épistolaire pendant de longs mois.
En 2002, il rencontre Alexandre Astier, qu’il accompagnera par la suite dans toutes ses créations : acteur et directeur artistique de la série télévisée Kaamelott, producteur exécutif du long-métrage David et Mme Hansen, metteur en scène des spectacles Que ma joie demeure – Prix du jeune théâtre de l’Académie Française – et L’Exoconférence. Il emmènera ces spectacles de la salle Jean Tardieu du Théâtre du Rond-Point (176 places) à l’Accor Hôtel Arena (12 000 places). Quels que soient les auteurs qu’il met en scène, le travail de Jean-Christophe Hembert interroge sans cesse la puissance de l’imaginaire comme unique lieu de résistance aux forces obscures du monde. Ses spectacles révèlent à chaque fois son amour profond pour la scène de théâtre, dernier endroit de poésie, de naïveté et d’enthousiasme brut. Bien que mu par une très grande sensibilité, il est un chef de troupe, toujours attiré par des projets populaires et d’aventure collective.
En 2018, il décide d’adapter et de mettre en scène le roman de Théophile Gautier : Le Capitaine Fracasse.

Loïc Varraut, adaptation et interprétation

Il se forme aux côtés de Catherine Marnas et Jean Lambert-Wild en théâtre universitaire, puis intègre l’Ecole Régionale d’Acteurs de Cannes dans les classes de Redjep Mitrovitsa et Nada Strancar. À l’issue de sa formation, il travaille avec Georges Lavaudant, Bernard Sobel, Roger Planchon et Jean-Christophe Hembert.
Il rencontre Alexandre Astier en 2002, à qui il commande le one-man-show Excusez le désordre. Entre 2002 et 2017, il joue principalement sous la direction du metteur en scène Emmanuel Meirieu, avec qui il produit et adapte des romans pour la scène.
Au cinéma, il joue sous la direction de Jean-Pierre Améris et Nicolas Vanier, et incarne le rôle du bandit Vénec dans Kaamelott d’Alexandre Astier.
Acteur vif et précis, il joue dans Fracasse le rôle de Léandre.