Salle Jean Vilar
Tarif A
3h05
Dès 12 ans

D’Edmond Rostand
Mise en scène de Jean Liermier

Monument théâtral intemporel, il serait dommage de laisser un tel Cyrano vous passer sous le nez ! Entre comédie héroïque et drame romantique, le metteur en scène Jean Liermier fait vivre intensément ce chef-d’œuvre absolu du théâtre français.

Amoureux fou de sa cousine Roxane, l’éloquent Cyrano accepte de venir en aide au jeune Christian, qui reste lui bien incapable d’aligner deux mots d’amour. Commence alors un formidable jeu de dupes épistolaire, sur fond de conflits dignes d’un roman de cape et d’épée.

Anti-héros par excellence, dont la laideur égale ses talents de conteur, Cyrano est aussi homme à qui l’écriture permet de « révéler son âme, sans avoir à révéler son visage ». A travers la reprise de ce bijou de verve et d’éloquence, l’immense comédien Gilles Privat nous invite à entendre le rythme jubilatoire de l’alexandrin et à nous émouvoir encore de cet impossible amour.

La presse en parle
  • « Pendant un mois, dès le 31 octobre, puis en tournée romande, le metteur en scène fera vibrer ce puissant et fascinant chef-d’oeuvre du théâtre classique français. »
    Lire l’article en entier

  • « Interprète phénoménal, le Suisse Gilles Privat s’apprête à incarner le plus mélancolique des flambeurs, au Théâtre de Carouge dès mardi. Entre la cape et le nez, il raconte son face-à-face avec le rôle des rôles. »
    Lire l’article en entier

  • « Dirigé par Jean Lermier, le comédien genevois fait du personnage d’Edmond Rostand le plus attachant des héros malheureux. »
    Lire l’article en entier

Autour du spectacle

Théâtre de Suresnes
3h
Construire un point de vue, affûter ses arguments, transcrire une émotion… Voilà les principaux défis de tout spectateur qui souhaite affiner son regard et exercer sa plume et c’est que nous vous proposons lors de cet atelier d’écriture. Alicia Dorey, journaliste et co-fondatrice du site de critiques de théâtre Les 5 Pièces, anime ce rendez-vous consacré au spectacle Cyrano de Bergerac, programmé en décembre 2020. Atelier ouvert en priorité aux spectateurs détenteurs d'un billet pour la représentation.
Inscription

Regard de spectateur

Construire un point de vue, affûter ses arguments, transcrire une émotion… Voilà les principaux défis de tout spectateur qui souhaite affiner son regard et exercer sa plume et c’est que nous vous proposons lors de cet atelier d’écriture. Alicia Dorey, journaliste et co-fondatrice du site de critiques de théâtre Les 5 Pièces, anime ce rendez-vous consacré au spectacle Cyrano de Bergerac, programmé en décembre 2020. Atelier ouvert en priorité aux spectateurs détenteurs d'un billet pour la représentation.

Avec Pierre Banderet, Aude Bourrier, Candice Chauvin, Boris Degex, Julien George, Sabrina Martin, Baptiste Morisod, Ludovic Payet, Yann Philipona, Gilles Privat, Lola Riccaboni et André Schmidt, …

Scénographie Rudy Sabounghi
Création lumières Jean-Philippe Roy
Univers sonore Jean Faravel
Costumes Coralie Sanvoisin
Maquillages et coiffures Leticia Rochaix-Ortis
Maître d’armes Pavel Jancik
Vidéo Giuseppe Greco
Assistanat à la mise en scène Nalini Menamkat

Edmond Rostand (1868-1918)

Edmond Rostand, Edmond Eugène Joseph Alexis Rostand de son nom complet, est né en avril 1868 à Marseille dans une famille bourgeoise et commerçante.

En 1880, son père mène toute sa famille dans la station thermale en vogue de Bagnères-de-Luchon où Edmond Rostand passe plus de vingt-deux étés. C’est là qu’il écrit, en 1888, Le Gant rouge, et surtout un volume de poésie en 1890, Les Musardises. À cette époque, il se lie d’amitié avec un homme de lettres luchonnais, Henry de Gorsse, avec lequel il partage le goût pour la littérature.

Après des premières études au lycée de sa ville natale, il se rend à Paris en 1884 pour les compléter au collège Stanislas pendant deux ans. Il écrit une pièce restée inédite, Les petites manies et une nouvelle en prose, Mon La Bruyère. Muni de son baccalauréat, son père le dirige vers l’école de Droit car il souhaite en faire un diplomate. Il passe sa licence, puis s’inscrit au barreau sans y exercer avant de se décider à se consacrer à la poésie.

Le 1er avril 1888, il fonde avec son ami Maurice Froyez le « Club des natifs du premier avril », dont les statuts stipulent que ses membres jouiront à vie du privilège d’entrer gratuitement dans tous les établissements publics, opéras, théâtres, champs de course et maisons closes, de pouvoir rire aux enterrements afin de les rendre moins sinistres, de bénéficier à leur naissance du parrainage du chef de l’État et, en outre, de se voir attribuer un appartement de fonction dans un des Palais nationaux, résidence pourvue de tout le confort souhaitable et d’une domesticité jeune, accorte et complaisante.
Dans le train pour Montréjeau, son père fait la rencontre de Madame Lee et de sa fille Rosemonde Gérard (poétesse elle aussi, dont Leconte de Lisle était le parrain, et Alexandre Dumas le tuteur) et les invite à prendre le thé à la villa Julia. Le 8 avril 1890, Edmond épouse Rosemonde en l’église Saint-Augustin de Paris2.

Rosemonde et Edmond Rostand auront deux fils, Maurice, né en 1891, et Jean, né en 1894. Edmond quitte Rosemonde en 1915 pour son dernier amour, l’actrice Mary Marquet.

Edmond Rostand obtient ses premiers succès en 1894 avec Les Romanesques, pièce en vers présentée à la Comédie-Française et en 1897 avec la pièce La Samaritaine, mais la postérité retiendra surtout le succès de Cyrano de Bergerac, qui triomphe dès la première en 1897, alors qu’il n’a que 29 ans. En 1900, il connaît un nouveau succès avec L’Aiglon. Mal remis d’une pleurésie après la première représentation de cette pièce, il part, quelques mois après, en convalescence à Cambo-les-Bains. Séduit par le lieu, il y acquiert des terrains sur lesquels il fait édifier sa résidence, la villa Arnaga. Dans les années 1910, il collabore à La Bonne Chanson, Revue du foyer, littéraire et musicale, dirigée par Théodore Botrel.

Pendant plusieurs années, il travaille irrégulièrement à la pièce Chantecler, dont la première a lieu le 7 février 1910. Après son relatif insuccès critique, Rostand ne fait plus jouer de nouvelles pièces. À partir de 1914, il s’implique fortement dans le soutien aux soldats français.

Il meurt à Paris le 2 décembre 1918, de la grippe espagnole, peut-être contractée pendant les répétitions d’une reprise de L’Aiglon. Il repose au cimetière Saint-Pierre de Marseille, sa ville de naissance.

 

Jean Liermier

Directeur du Théâtre de Carouge-Atelier de Genève depuis 2008, Jean Liermier est diplômé de l’École supérieure d’art dramatique de Genève. Il débute sur les planches en 1992 sous la direction, entre autres, de Claude Stratz, d’Hervé Loichemol et de Philippe Morand. Assistant à la mise en scène d’André Engel au Centre dramatique national de Savoie, il collabore également avec Claude Stratz à la mise en scène des Grelots du Fou de Pirandello à la Comédie Française.

Qu’il s’agisse de théâtre ou d’opéra, Jean Liermier aime revisiter les classiques afin de les rendre accessibles à tous. C’est dans cet esprit qu’il crée Les Noces de Figaro de Mozart à l’Opéra national de Lorraine à Nancy en 2007, Le Médecin malgré lui de Molière au Théâtre des Amandiers à Nanterre en 2007, Le Jeu de l’amour et du hasard de Marivaux en 2008, L’École des femmes de Molière en 2010, Harold et Maude de Colin Higgins en 2011, Figaro ! d’après Le Mariage de Figaro de Beaumarchais et Antigone de Sophocle en 2012, Le Malade imaginaire de Molière en 2013, My Fair Lady de Loewe en 2015, puis La Vie que je t’ai donnée de Pirandello en 2016.

Production déléguée Théâtre de Carouge.
Coproduction Théâtre de Suresnes Jean Vilar, Théâtre de Carouge, TKM, Théâtre Kléber-Méleau Renens. Réalisé avec le soutien de l’École de la Comédie de Saint-Etienne / DIÈSE # Auvergne-Rhône-Alpes, Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture, la CORODIS et La Loterie Romande.