Salle Aéroplane
Tarif C
1h30
Dès 16 ans
Création

De Robert Antelme
Mise en scène et scénographie Anne Coutureau et Patrice Le Cadre
Adaptation et interprétation Anne Coutureau

Que reste-t-il lorsque la vie se réduit à une « non-mort » ? Immense monument de la littérature française, L’Espèce humaine est un de ces livres dont la lecture bouleverse une existence. Avec une grande simplicité, Anne Coutureau donne à entendre ce témoignage essentiel, d’une actualité redoutable.

« C’est parce que nous sommes des hommes comme eux que les SS seront en définitive impuissants devant nous. » Publié en 1947, l’unique ouvrage du résistant Robert Antelme, déporté en 1944 et réchappé des camps de concentration, est une réflexion vertigineuse sur ce qui fonde notre humanité. A travers le récit glaçant d’une vie restreinte à sa forme la plus élémentaire, élémentaire, il met en lumière une vérité inébranlable : celle d’une entreprise d’extermination ayant paradoxalement renforcé le sentiment d’appartenance à l’espèce humaine, une et indivisible.

Autour du spectacle

Salle Aéroplane
A l’issue de la représentation de L'Espèce humaine le samedi 20 mars, nous vous proposons de rencontrer l’équipe artistique qui  répondra à vos questions lors d’un échange convivial en bord de scène, dans la salle Aéroplane. La navette pour Paris attendra les spectateurs qui souhaitent assister à cette rencontre.

Bord de scène

A l’issue de la représentation de L'Espèce humaine le samedi 20 mars, nous vous proposons de rencontrer l’équipe artistique qui  répondra à vos questions lors d’un échange convivial en bord de scène, dans la salle Aéroplane. La navette pour Paris attendra les spectateurs qui souhaitent assister à cette rencontre.
Théâtre de Suresnes
4h
Dès 14 ans
Participez à un atelier d’initiation à la pratique théâtrale destiné aux amateurs adultes et adolescents (à partir de 14 ans),  animé par Anne Coutureau, metteuse en scène et interprète du spectacle L’Espèce humaine.
Inscription

Atelier théâtre

Participez à un atelier d’initiation à la pratique théâtrale destiné aux amateurs adultes et adolescents (à partir de 14 ans),  animé par Anne Coutureau, metteuse en scène et interprète du spectacle L’Espèce humaine.

De L’Espèce humaine de Robert Antelme – Editions Gallimard

L’Espèce humaine est un monument.

Un de ces livres dont la lecture peut changer une vie.

Il a changé la mienne. Miracle de la littérature. Miracle de la conscience dans le temps.

Aujourd’hui, j’aimerais faire entendre cette parole vivante, en lui donnant corps, le plus simplement du monde.

Littérature et théâtre

Je n’envisage pas d’adapter le texte de Robert Antelme au sens de le réécrire mais d’opérer un choix d’extraits, parmi ses trois cent cinquante pages.

Parce que son écriture est un monde en soi. Exemplaire. Singulier. Intouchable. Il décrit simplement, crument ce qu’il voit et ne fait pas de « littérature ». Pourtant, à mes yeux, son texte est la manifestation même de la force de la littérature.

Aussi parce que c’est une langue qui semble faite pour l’oralité : des phrases courtes, peu de métaphores, des descriptions concrètes, aucun commentaire gratuit, que des mots essentiels.

Mais cela n’est pas sans poser de problèmes qui seront autant de pistes de création.

Tout d’abord, le récit est au présent, à la première personne, celui qui parle est un homme, à bout de forces, pesant trente kilos, survivant dans l’environnement incomparable, sans doute inimaginable, et surement irreprésentable, du camp de concentration ; je suis une femme, de cinquante ans, du vingt-et-unième siècle, en parfaite santé, née longtemps après la guerre.

Ensuite, c’est la parole d’un homme qui perd ses moyens les plus élémentaires et veut rester lucide, qui veut voir et montrer. Ne pas submerger par la fascination, l’émotion, la plainte. Il y a, dans son style, une volonté de garder la tête froide. De ne pas faire d’effets.

De ne pas dissoudre la conscience dans le spectaculaire. Volonté qu’il me semble essentiel de suivre.

Enfin, c’est une œuvre sans dramaturgie, dans le sens où l’action suit une chronologie mais ne propose pas d’intrigue au sens classique. Et d’ailleurs, on sait comment ça finit. La grande et la petite histoire, la défaite de l’Allemagne, le retour des camps, le retour de Robert Antelme lui-même, décrit en détail par Marguerite Duras dans La Douleur.

Comment dès lors, m’approprier cette parole ? L’incarner ?

Quelle place pour le corps, pour l’émotion, bases du jeu et du théâtre même ?

Quelle dramaturgie inventer, révéler, abandonner pour construire un spectacle ?

Si L’Espèce humaine est la quintessence de la littérature, nous devrons comprendre quelle est la quintessence du théâtre, quelle est sa forme « essentielle » afin d’épouser l’esprit de ces mots, au plus près de l’expérience vécue, par la grâce de l’art.

 

Anne Coutureau

Anne Coutureau

Comédienne, metteur en scène et auteur, Anne Coutureau est la directrice artistique de la compagnie Théâtre vivant.

Née à Paris, en 1970, elle a été formée à l’Ecole Claude Mathieu. Aux côtés de Jean-Luc Jeener, elle participe à l’ouverture du Théâtre du Nord-Ouest en 1997. La singularité de cette aventure la confronte à tous les métiers du théâtre. Elle y fait sa première mise en scène : La Critique de L’Ecole des femmes de Molière.

Depuis 1992, essentiellement en France, elle a monté Tchékhov, Molière, Corneille, Feydeau, Kribus… en même temps qu’elle a joué Phèdre, Andromaque, Ysé, Camille, Marianne, Silvia, Henriette, Elise, Eléna… et aussi de nombreuses créations de Jean-Louis Bauer, Laura Forti, Benoit Marbot, Mitch Hooper, Carlotta Clerici, Cyril Roche, etc.

En 2002, elle fonde la compagnie Théâtre vivant. Autour des spectacles, d’autres dispositifs voient le jour, affirmant son intérêt pour la recherche artistique et la pédagogie : stages, ateliers d’entraînement, de recherche et de création pour acteurs professionnels et amateurs. Par ces ateliers, elle aborde l’écriture dramatique et a créé sa huitième pièce Encore des mots, en juin 2017, au Théâtre du Blanc Mesnil.

Parallèlement, elle enseigne au Studio de l’Acteur à Paris.

En 2012 au Théâtre de la Tempête, elle monte Naples millionnaire! création en France d’une des plus célèbres pièces d’Eduardo De Filippo pour lequel elle reçoit le Prix du Public du « Meilleur Spectacle » aux Beaumarchais 2012 et retrouve le Théâtre de la Tempête en 2016, pour sa mise en scène de Dom Juan, de Molière. Elle sera Lady Macbeth, dans Macbeth de Shakespeare, mis en scène par Mitch Hooper, à L’Epée de bois, Cartoucherie de Vincennes, en juin 2021.

Production Théâtre vivant.