Salle Jean Vilar
Tarif A
1h15
Dès 7 ans

Chorégraphie Gilles Verièpe
Mise en scène Natano Fa’anana

Au commencement était la marche. Mais voilà des millénaires que l’Homme tente de dépasser sa vraie nature. Prochaine étape ? L’envol !

Jetant des ponts entre la France et l’Australie et des trapèzes entre terre et ciel, danseurs et circassiens s’élèvent ensemble dans les airs, repoussant toujours plus haut les limites du corps humain.

Dépourvus d’ailes, sommes-nous condamnés à rester cloués au sol ? Ce serait oublier que le simple fait de marcher est déjà le résultat d’une formidable élévation humaine ! C’est en explorant ce puissant ancrage au monde terrestre que les artistes parviennent, à la seule force du collectif, à gravir une à une des marches invisibles vers les sommets.

Un ballet gracieux et délicat, réunissant des interprètes français et australiens, qui puisent dans la conscience d’une inévitable chute l’espoir de voir enfin le monde à hauteur d’oiseau.

Avec Mayu Muto, Shannon Vitali, Lachlan McAulay et Jesse Scott acrobates, ainsi que trois danseurs

Assistant à la création Valérie Masset
Création musicale Vlad Roda Gil
Costumes Arielle Chambon
Création lumières Nicolas Priouzeau

Si’i ou les vertiges de l’ascension

Si’i est un mot emprunté au langage samoan Si’i Luga et qui signifie tout à la fois élever, monter, aider, porter. Un mot parfait pour des acrobates et des danseurs qui induit à la fois l’action, le mouvement et intuitivement, l’altérité. Un titre idéal, qui sonne comme une promesse pour un spectacle qui unit deux pays, l’Australie et la France, deux disciplines, la danse et l’acrobatie, qui raconte que le chemin est commun, mais pas sans effort.

La marche – et même la course – sont à l’origine de l’évolution de l’homme. Son anatomie est une succession d’adaptations morphologiques, sa tête et sa colonne vertébrale s’alignent, ses jambes s’allongent et s’étirent pour faire de grands pas, ses talons sont de vrais ressorts. L’Homme tend vers un absolu et rêve de dépasser sa vraie nature. Prochaine étape à franchir : l’envol, l’élévation, la lévitation.

C’est cette quête d’absolu que l’on retrouve chez les danseurs et les circassiens ; se servir au maximum de ses capacités corporelles, sa malléabilité, sa force, pour chercher le dépassement au travers de l’expression de soi et de sa sensibilité. Alors, lorsque les deux compagnies, DK59 de Gilles Verièpe et les Casus Circus se rencontrent pour la première fois, le spectacle Si’i se révèle instantanément. On partage la même nécessité de l’entraide, l’importance des autres pour se surpasser, s’enrichir. Pour unir la danse et l’acrobatie, on a besoin de la terre, des racines ancestrales et du socle indéfectible constitué par les rapports humains. On cherche l’équilibre, la nécessité de l’entente entre le groupe et soi. On rêve d’élévation du corps comme de l’âme, on rit du danger et on garde espoir malgré la chute. On fera mieux qu’Icare pour dépasser les hauteurs des cimes.

Créée en 2000 par Gilles Verièpe et implantée depuis 2016 à Gentilly en région parisienne, la compagnie DK59 s’est imposée, spectacle après spectacle, dans le paysage de la création chorégraphique contemporaine grâce à une esthétique forte et très identifiable. Le répertoire de la compagnie se caractérise par sa cohérence en termes d’écriture chorégraphique et par son large éventail de formats, permettant de s’adresser à des publics variés au sein de structures diverses. Depuis sa fondation, la Cie DK59 construit un échange artistique avec le public, basé sur le partage, aussi bien à travers ses créations que via des actions de sensibilisation à l’univers chorégraphique de la compagnie auprès de divers destinataires.

Depuis janvier 2019, Gilles Verièpe est artiste en résidence au Théâtre des Bergeries à Noisy-le-Sec (93). Il était auparavant artiste associé au Théâtre de Rungis, et précédemment à La Briqueterie CDC du Val-de-Marne (2012- 2015).
L’artiste se définit comme un écrivain de la danse : il conçoit ses chorégraphies comme on tisse un texte. Son écriture chorégraphique est corporelle : elle est toujours incarnée d’abord dans le corps du chorégraphe, qui la transmet aux danseurs, lesquels gardent, par l’interprétation, une grande liberté pour incarner cette substance chorégraphique. Titulaire du Diplôme d’État en 2000, Gilles Verièpe enseigne également dans divers centres de formation. Il donne régulièrement des ateliers auprès de divers publics, particulièrement en milieu scolaire (de la maternelle à l’université).

La compagnie des Casus Circus s’est créée en 2011 à Brisbane. Collectif culturellement diversifié et inclusif, Casus Circus s’intéresse à la mise en scène d’histoires humaines dans toutes ses créations. Les membres travaillent toujours ensemble et sur le fil de leurs limites individuelles. Leurs vulnérabilités, leurs expériences sensorielles, leurs histoires sont la matière même de leurs créations et de leurs acrobaties. Leur premier spectacle, Knee Deep (2012) a immédiatement été reconnu et ovationné par le public, la presse et les professionnels. Plusieurs distinctions ont couronné cette création : le Best Circus & Physical Theatre de l’Adelaide Fringe festival 2016 et celui du prix du public pour le Meilleur Spectacle de Cirque / Avignon 2015. Le second spectacle de la compagnie, Driftwood (2016), est ensuite l’occasion d’ouvrir les portes à de nouveaux artistes au sein de la compagnie, d’agrandir l’équipe et de développer encore plus les tournées internationales. Ce spectacle a reçu également le prix du public au festival Zürcher Theater Specktakel en 2018. Les dernières créations de la compagnie, le duo You & I ainsi que DNA ont été récemment jouées au Fringe d’Edimbourg et placent à nouveau cette compagnie sur le devant de la scène du cirque contemporain où les créations se veulent techniquement puissantes, très humaines et sans artifice aucun.

Natano Fa’anana acquiert sa notoriété grâce à son travail avec le spectacle primé Polytoxic Theatre Company, en tant que co-créateur et interprète de Briefs : All Male Review, et aussi son rôle actuel en tant que co-fondateur, directeur artistique de Casus Circus. C’est à l’âge de 30 ans qu’il décide de s’engager dans une carrière d’artiste professionnel. Natano se forme par des cours en individuel ce qui lui donne la liberté de mélanger différents genres de performance, de mouvement et de culture. C’est avec une joie profonde qu’il participe à la création, à l’aventure humaine et artistique du groupe.

Coproduction et résidence Théâtre des Bergeries / Noisy-le-Sec, Théâtre de Montansier / Versailles, La Briqueterie CDCN du Val-de-Marne, Théâtre de Thalie / Montaigu, Scène Culturel Le Mail / Soissons, La Lanterne / Rambouillet et le Prisme / Élancourt , l’Autre Prod.
Si’i est soutenu par le Conseil régional d’Ile-de-France dans le cadre de la Permanence Artistique et Culturelle, le Conseil départemental de Seine-Saint-Denis dans le cadre du soutien aux résidences, le Conseil départemental du Val-de-Marne dans le cadre du conventionnement.