Salle Aéroplane
Tarif B
2h
Dès 14 ans
Création

De Ivan Viripaev
Mise en scène Éléonore Joncquez

De l’auteur vivant russe le plus joué sur les scènes francophones, Ivan Viripaev, Éléonore Joncquez monte une pièce sur notre rapport au réel et à la spiritualité.

Ils s’appellent Emily, Artiom ou Robert. Ils viennent de classes sociales et de pays différents, ont entre 20 et 60 ans. Cer­tains étaient auparavant athées, d’autres croyants. « Ils », ce sont les témoins avec lesquels Ivan Viripaev s’est entretenu à propos de leur rencontre avec une civilisation extraterrestre. Supercherie ? Canular ? Ce ne serait guère surprenant de la part du dramaturge russe, maître dans l’art de poser des questions méta­physiques par le truchement d’une drô­lerie aussi piquante que profonde.

Pour la metteure en scène Éléonore Jonc­quez, l’important est moins comment se nomme ce que les personnages ont ren­contré, Ovni ou Dieu, mais « ce que son contact a produit en eux (…) Qu’est-ce que cette force, ce cosmos, leur apprend d’eux-mêmes, de leur rapport aux autres, de l’humanité tout entière ? ».

Avec Coralie Russier, Patrick Pineau, Vincent Joncquez, Éléonore Joncquez (distribution en cours)

Traduction française Tania Moguilevskaia, Gilles Morel, Scénographie Natacha Markoff, Vidéo Olivier Roset, Chorégraphie Jean-Marc Hoolbecq, Son Lucas Lelièvre, Lumières Thomas Costerg, Costumes Colombe Lauriot-Prévost

Production la Compagnie Pollock Nageoire et le Théâtre du Fracas. Coproduction Théâtre de Suresnes Jean Vilar. Avec le soutien de l’Adami. Création du spectacle en mars 2022 au Théâtre de Suresnes Jean Vilar. Texte traduit avec le soutien de la Maison Antoine Vitez – Centre international de la traduction théâtrale. Les traductions des textes d’Ivan Viripaev sont publiées aux Éditions Les Solitaires Intempestifs – Besançon.

Ivan Viripaev, auteur

Auteur, metteur en scène, acteur, scénariste, réalisateur, né en 1974 à Irkoutsk (Sibérie). C’est en Extrême-Orient russe en 1995 qu’il commence sa carrière. À partir de 2001, soumis à des pressions extérieures, il est contraint de s’installer à Moscou. La singularité de son écriture s’impose rapidement en Russie et aussitôt à l’international, notamment en Allemagne et en Pologne. De 2013 à 2015, il dirige le Théâtre Praktika, une des scènes les plus innovantes de Moscou. Au cinéma, il écrit et réalise quatre longs-métrages dont Salvation tourné au Tibet indien. Il vit aujourd’hui à Varsovie. En France, sa toute première mise en scène est accueillie en 2002 au Théâtre de la Cité Internationale à Paris. Depuis, treize de ses pièces sont traduites au fil de l’écriture, éditées et mises en scène à de multiples reprises, entre autres au théâtre de La Colline, au Rond-Point, au théâtre de la Tempête.  Les plus récentes : Illusions, Les Guêpes de l’été nous piquent encore en novembre, Les Enivrés, Ovni, Dreamworks, Insoutenables longues étreintes, La Ligne solaire. Son texte le plus récent, Conférence iranienne (2017) est en cours de traduction. Il est l’auteur vivant russe le plus joué sur les scènes francophones.

Eléonore Joncquez, mise en scène et jeu

Comédienne et metteuse en scène née en 1982. En 2004, elle est reçue au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique. Durant ses trois années d’apprentissage, elle côtoie de grands metteurs en scène et pédagogues, tels qu’Andrzej Seweryn, Dominique Valadié, Christophe Rauck, Cécile Garcia-Fogel, Wajdi Mouawad qui ne cesseront d’influencer et d’inspirer son travail d’actrice. En même temps que sa formation au Conservatoire, elle entame une longue collaboration artistique avec le metteur en scène et auteur Côme de Bellescize qui la dirige dans plusieurs de ses spectacles, comme « Amédée » créé en 2012 au Théâtre de la Tempête pour lequel elle obtient le Beaumarchais de la révélation théâtrale ou « Eugénie » crée en 2015 au Théâtre du Rond-Point.
En 2008, elle joue à la Comédie Française dans le spectacle « Yerma » mis en scène par Vicente Pradal, puis elle rencontre le metteur en scène Jean-Christophe Blondel qui lui propose le rôle d’Ysé dans « Partage de midi » de Paul Claudel. Le spectacle sera créé en 2009 et partira pour une tournée d’un mois en Chine.
Entre 2010 et 2018, elle participe à plusieurs créations collectives de la compagnie Les Sans Cou, sous la direction d’Igor Mendjiski. Leur spectacle « Notre Crâne comme accessoire » est créé au théâtre des Bouffes du Nord en 2016. En parallèle, elle travaille avec d’autres metteurs en scène, comme Philippe Adrien, David Géry ou Guillaume Séverac-Schmitz dans des pièces du répertoire.
En 2014, elle joue le rôle de la Princesse Nathalie dans « Le Prince de Hombourg » mis en scène par Giorgio Barberio Corsetti, dans la Cour d’honneur du Palais des papes, lors du festival d’Avignon.
De 2012 à 2017, elle est la voix de Brigitte Tornade dans la série radiophonique France culture « La Vie trépidante de Brigitte Tornade » écrite par Camille Kohler. En 2017, elle incite celle-ci à écrire une pièce de théâtre inspirée de la série. Elle en signera sa première mise en scène, tout en continuant d’interpréter le rôle-titre. Le spectacle « La Vie trépidante de Brigitte Tornade » est créé en septembre 2019 au Théâtre Tristan-Bernard, il obtient quelques mois plus tard, le Molière 2020 de la comédie.

Patrick Pineau, comédien

Il suit les classes de Denise Bonal, Michel Bouquet et Jean-Pierre Vincent au Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris. Au théâtre, comme comédien, il aborde tout aussi bien le répertoire classique  que les textes contemporains dans des mises en scène de Michel Cerda, Jacques Nichet, Claire Lasne, Gérard Watkins, Irina Dalle ou Mohamed Rouabhi.
En tant que membre permanent de la troupe de l’Odéon et sous la direction de Georges Lavaudant, il participe à de multiples spectacles. En 2013, George Lavaudant lui confie le rôle titre dans Cyrano de Bergerac.
Par ailleurs, depuis 1992, il signe de nombreuses mises en scène, parmi lesquelles Les Barbares au théâtre de l’Odéon (2003), Peer Gynt dans la Cour d’Honneur du Palais des papes au  Festival d’Avignon (2004), Des arbres à abattre à l’Odéon (2006). En juillet 2011, pour le Festival d’Avignon, il crée Le Suicidé à la Carrière de Boulbon. Puis suivront L’Affaire de la rue de Lourcine, Les Méfaits du tabac et Le Conte d’hiver, en 2012 et 2013. En 2016 il monte L’Art de la Comédie d’Éduardo de Filippo et Le monde d’hier de Stéphan Zweig avec Jérôme Kircher. En 2017, il recrée Vols en piqué de Karl Valentin au Théâtre-Sénart, avec la compagnie Pipo. Et en 2018, il met en scène « Jamais Seul » de Mohamed Rouabhi à la MC 93 à Bobigny.
Au cinéma, il travaille, entre autres, avec Éric Rochant, Francis Girod, Bruno Podalydès, Tony Marshall, Marie de Laubier, Nicole Garcia et, en 2012, avec Ilmar Raag aux côtés de Jeanne Moreau.

Coralie Russier, comédienne

Elle débute au théâtre en 2005 avec un seul en scène, la pièce Sarah, écrite et mise en scène par Roger Lombardot, qu’elle jouera durant une dizaine d’années. Entre temps, elle se forme à l’ESCA, école supérieure des comédiens par l’alternance du Studio d’Asnières dont elle sort en 2014. Elle alterne alors des rôles au théâtre sous la direction de N.Candoni, S.Calcine, L.Mariani et au cinéma, dirigée notamment par C.Corsini (Un amour impossible).
Dans le film 120 battements par minute de Robin Campillo, elle incarne le personnage de Muriel. Elle est lectrice dans le spectacle homonyme donné en 2019 au Festival d’Avignon dans la Cour d’honneur du palais des papes.
Par ailleurs, elle fait partie du collectif « Pris dans les phares » dirigé par Laurette Tessier, dont l’ambition est de créer dans l’espace public des spectacles uniques et intransportables.
En 2020, elle tient l’un des rôles principaux d’une nouvelle série pour France 2 César Wagner aux côtés d’Olivia Côte, Gil Alma, Soufiane Guerrab et est à l’affiche du prochain film de Quentin Dupieux, Mandibules entourée par Adèle Exarchopoulos, India Hair, Roméo Elvis, Grégoire Ludig et David Marsais avant de terminer l’année avec le tournage du Bal des Folles réalisé par Mélanie Laurent. Elle s’engage aussi beaucoup dans les courts-métrages, pour lesquels elle a reçu plusieurs prix d’interprétation en festivals.

Vincent Joncquez, comédien

Après s’être formé à l’école Claude Mathieu, Vincent Joncquez crée et codirige la compagnie Théâtre du Fracas avec Côme de Bellescize, et joue sous sa direction dans plusieurs spectacles (Les Errants, Les Enfants du soleil, Amédée,  Tout brûle so what ?, Le Bonheur des uns). Éléonore Joncquez le met en scène dans La vie trépidante de Brigitte Tornade, spectacle qui reçoit le Molière 2020 de la meilleure comédie. Il travaille également avec Alexis Michalik (Le Cercle des illusionnistes), David Géry (Le Legs / Les Acteurs de bonnes foi), Jean-Claude Sachot (Comme il vous plaira), Iris Aguettant (Thomas More, L’Alouette), Delphine Lalizout (L’Hôtel du libre échange), Jean-Denis Monory (Le Baron de la crasse), le Bobine Théâtre (Kids)…
À la télévision et au cinéma, il a joué dans plusieurs films ou séries sous la direction d’Hélène Angel, Simon Astier, Miguel Courtois, David Delrieux, Nina Companeez, Nicolas Herdt, Stéphane KURC, Denis Malleval… Il reçoit en 2014 le prix d’interprétation masculine du 40ème Filmets Film Festival pour son rôle dans Sans voix (réal. Alexandre Mermaz).